Quel plaisir de retrouver Pierce Brosnan dans un film d’espionnage après avoir délaissé le genre depuis treize ans (Coup d’éclat et The matador – Même les tueurs ont besoin d’amis étant tous les 2 trop accès à casser son image d’ex-agent secret aux services de sa majesté).
Lorsqu’il a raccroché son permis de tuer en 2002 avec Meurs un autre jour, sa carrière a pris un autre tournant; mais à en déplaire ses plus grands fans (plus j’y penses et plus je trouve qu’il est le meilleur BOND). Trop de rôles de comédies romantiques ou dramatiques, peu de projets vraiment excitant. Sauf peut-être l’annonce du prochain thriller du réalisateur de Catacombes, avec Owen Wilson qui revient lui aussi au film d’action dans No Escape.

Il aura fallu attendre 2014 pour qu’un vieux briscard du cinéma, Roger Donaldson lui redonne sa chance. D’ailleurs les deux hommes se connaissent bien puisqu’ils ont travaillé ensemble sur Le pic de Dante. Le film catastrophe par excellence pleins de bons sentiments et plutôt efficace.

THE NOVEMBER MAN

« The November Man assure le spectacle. Un film brut de décoffrage »

The November Man est vraiment un film à l’ancienne qui fait très années 90. Un film brut de décoffrage, très violent dans sa manière de filmer. Les scènes d’actions sont très maitrisées mêmes si elles ne valent pas celle de Hacker. Donaldson n’étant pas Mann.
En tout cas le film est très efficace malgré un contexte géo-politique un peu daté. Encore le conflit américano-russe. Mais le film tient en haleine – entre chantage, explosions, trahisons et la petite touche sexy assurée par Miss Olga Kurylenko – on est bien loin des productions formatées d’Europacorp. Les exécutions de sang-froid sont surprenantes pour un film de cet acabit.
On en redemande, le contrat est remplit.

À lire également, notre CONTRE-CRITIQUE de THE NOVEMBER MAN

INFORMATIONS

THE NOVEMBER MAN BR



CRITIQUE
CONTRE-CRITIQUE (pas complètement contre non plus hein!)

Titre original : THE NOVEMBER MAN
Réalisation : Roger Donaldson
Scénario : Michael Finch et Karl Gajdusek; d’après le livre « There Are No Spies » de Bill Granger
Acteurs principaux : Pierce Brosnan, Olga Kurylenko, Luke Bracey …
Pays d’origine : USA / UK
Sortie cinéma: 29 Octobre 2014 (USA) Sortie DVD France : 02 mars 2015
Durée : 1h48mn
Distributeur : Relativity Media, Irish DreamTime, SPD Films
Synopsis :Il n’y a pas pire ennemi que celui que l’on a formé. Peter Deveraux est un ex-agent de la CIA réputé pour sa redoutable efficacité et un passé trouble. Contacté pour assurer la protection d’Alice Fournier, responsable d’un centre d’accueil pour réfugiés, dont le témoignage pourrait compromettre l’un des favoris à l’élection présidentielle russe, Devereaux comprend rapidement qu’il a été manipulé et qu’il est devenu la cible de son ancien élève, David Mason… …

LE BLU-RAY

Sublime transfert HD, idéal pour profiter un maximum de ce film d’espionnage plus qu’efficace. Très appréciable.

Editeur / distributeur : TF1 / Paramount Pictures Home Entertainment
Format vidéo : SCOPE 1080p AVC 16/9 natif
Audio : DTS-HD 5.1 Français et Anglais
Sous-titres : Français.
Suppléments :
– Making of
– Brosnan est de retour
– Tourner à Belgrade

BANDE-ANNONCE