Il y a une expression qui est devenue courante sur Internet, « WTF », sigle de « What The Fuck », exprimant une certaine incrédulité, un scepticisme à toute épreuve. CANINE peut être considéré comme un des nombreux WTF du cinéma, ce genre de film qui part dans tous les sens, dont on ne comprend pas toujours les tenants et les aboutissants.
On ne comprend pas tout mais cela est étonnamment secondaire. Chacun se fera sa propre vision et son propre debriefing sans pour autant perdre de vue l’essence même du film, la famille. Un film très bizarre donc, mais dont son étrangeté et sa psychologie révèlent bon nombre de points positifs cependant.

A commencer par sa réalisation et spécialement ses cadrages. Après KINETTA en 2005, le cinéaste grec Yórgos Lánthimos réalise ici avec CANINE un film réellement « barré » et étonnant. Dès les premières minutes et jusqu’à la dernière, on part dans tous les sens, en passant par les extrémités et les obliques sans jamais tourner en rond. Des plans et cadrages eux aussi bizarres donc, avec son lot de corps coupés, de milieu volontairement non respecté et de plans plus ou moins coupés comme bon lui semble.
Puis ses acteurs, à commencer par le père de famille, campé par . Et et , les filles, qui sont également criantes de spontanéité.

Photo du film CANINE © MK2 Diffusion

Photo du film CANINE © MK2 Diffusion

CANINE, une comédie frôlant le ridicule et le degré zéro de l’absurde mais tout cela est bien évidemment voulu. Une sorte d’initiation à la connerie, version grand n’importe quoi. Mélangeant tour à tour drame et comédie, le film traite avant tout d’un égoïsme sans bornes de la part des parents, souhaitant conserver leurs enfants au sein du domicile familial. Et cela, coûte que coûte.

« Pour les amateurs de films zarbis, dérangeants et loufoques, CANINE remplira aisément – et débordera peut-être même – une bouteille à moitié vide d’absurde et de tragi-comique. »

Quitte à clôturer la totalité de la maison, quitte à n’avoir jamais fait sortir leurs enfants à l’extérieur, quitte à inventer leur propre langage, quitte à amener une fille stimulant et assouvissant les fantasmes et les pulsions sexuelles de leur unique garçon…
Quitte même à franchir presque les limites de l’inceste. CANINE ne nous épargne aucun détail. Le film est d’ailleurs interdit aux moins de 16 ans et on comprend dès le premier quart d’heure pourquoi.
Le cinéma grec est encore très méconnu des salles obscures françaises et CANINE démontrera qu’un vivier d’émotions et d’idées peut également jaillir de ce pays.

Pour les amateurs de films zarbis, dérangeants et loufoques, CANINE remplira aisément – et débordera peut-être même – une bouteille à moitié vide d’absurde et de tragi-comique. A noter enfin que le film a été récompensé par le prix au en 2009.
Attention, avec CANINE, ça passe ou ça casse !

CASTING
Titre original : Kynodontas
Réalisation :
Scénario : Efthimis Filippou, Yorgos Lanthimos
Acteurs principaux : Christos Stergioglou, , Aggeliki Papoulia
Pays d’origine : Grèce
Sortie : 2 décembre 2009
Durée : 1h36mn
Distributeur : MK2 Diffusion
Synopsis : Le père, la mère et leurs trois enfants vivent dans les faubourgs d’une ville. Leur maison est bordée d’une haute clôture. Les enfants n’ont jamais franchi la clôture. Leur éducation, leurs loisirs, leurs amusements, leur ennui, leur entraînement physique se conforment au modèle imposé par les parents, en l’absence de toute empreinte du monde extérieur. Les enfants pensent que les avions qui volent au-dessus de la maison sont des jouets et les zombies, des petites fleurs jaunes. Une seule personne a le droit de s’introduire chez eux : Christina, qui travaille comme agent de sécurité dans l’usine du père. C’est pour satisfaire les pulsions sexuelles du fils que le père fait venir Christina. Dans la famille, tout le monde l’adore, l’aînée des filles surtout. Un jour, Christina lui offre un serre-tête qui scintille, s’attendant à recevoir quelque chose en retour.
BANDE-ANNONCE