LE TEMPS DE L’INNOCENCE marque une rupture supplémentaire dans la filmographie du cinéaste. Sur la forme, il est difficile de retrouver la patte habituelle de Scorsese, en dehors de quelques menus effets de mise en scène. C’est plutôt dans le fond que l’on reconnait les motifs de son cinéma. Habituellement, le réalisateur s’évertue à nous immerger dans un univers, une psychologie ou un récit avant de procéder à un travail de déconstruction par la violence – celle-ci pouvant prendre divers aspects.
Ici, c’est un peu pareil : l’univers de l’aristocratie du New York de 1870 est dépeint avec une précision hallucinante, tant par une reconstitution haut de gamme que par cette voix off auscultant les habitudes et codes régissant ce microcosme. La violence déconstructive prend ici la forme d’une hypocrisie latente, que Scorsese s’amuse à placer avec cynisme, derrière chaque interaction.

Newland Archer/Daniel Day Lewis est donc in love avec la comtesse Olenska/, victime d’un mariage malheureux. Cependant Newland, conformément à son rang et aux conventions familiales, doit épouser May/Wynona Ryder. Autour d’eux, gravitent beaucoup de personnages faisant plus ou moins partie de leurs cercles familiaux. Ils auront tous une part de responsabilités dans l’évolution de ce triangle amoureux qui ne dira jamais son nom.

Photo du film LE TEMPS DE L'INNOCENCE

La caméra de Scorsese suivra pas à pas les pérégrinations d’Archer, le nanti indécis mais conscient des absurdités liées à son rang. Lorsque sa passion pour la comtesse Olenska sera véritablement avivée, il devra se plier totalement aux règles du jeu (hypocrisie, manipulations, secrets) pour obtenir ce qu’il souhaite le plus et/ou limiter les dégâts collatéraux. Daniel Day Lewis interprète Archer avec son jeu subtil, presque parfois, indéchiffrable. L’acteur est capable de masquer beaucoup de choses dans le non-dit tout en exprimant énormément de mélancolie par son simple regard. Michelle Pfeiffer quant à elle, incarne cette indépendance qui n’a pas le droit d’exister. Son jeu moderne et vivant contraste avec les attitudes figées et théâtrales des autres personnages. On ne peut toujours discerner quelle part de sentiments ou de manipulation définit son personnage. Puis May/, plus effacée en apparence, s’avère pourtant bien plus complexe que l’imagine Archer. Elle donnera même une interprétation différente de l’histoire une fois ses tenants et aboutissants connus. Dans l’ensemble, on ne peut que féliciter les choix de casting et la direction d’acteurs de Scorsese, chacun fusionnant parfaitement avec son personnage.

« Obsessions Scorsese-iennes, reconstitution historique, triangle amoureux : LE TEMPS DE L’INNOCENCE montre une nouvelle facette sensible du cinéaste. »

Si l’on s’était aperçu d’une certaine connexion entre le cinéma de Martin Scorsese et celui de Jane CampionLE TEMPS DE L’INNOCENCE nous a beaucoup fait penser à Portrait de Femme. Le sous-texte féministe est ainsi présent plus ou moins de la même façon, dans la description de ces codes de l’aristocratie mis en exergue par la qualité de la reconstitution, ainsi que ces histoires d’amour définies par le refoulement des désirs. Ce fameux thème de l’indécision revient également : tous les personnages féminins de Campion le possèdent, ici c’est Archer. Puis les deux films voient les personnages principaux finir désillusionnés. Le plus intéressant, c’est la sensibilité avec laquelle Scorsese capte les sentiments, dans les non-dits, l’inaction des personnages, les regards et gestes qu’ils ne feront jamais. Il y a un vrai plaisir à être surpris par cette facette sensible du cinéaste !
Toutefois, le récit ne cherche pas l’émotion via la sensibilité, comme cela pouvait être le cas dans le fabuleux Alice n’est plus ici. Les similitudes s’arrêtent là. Pour la première fois, il m’a été totalement impossible de ramener le film à la fameuse thématique Scorsese-ienne du rapport hommes/femmes; chez Campion, il y a une certaine continuité dans l’exploration de cette thématique.

En bref, le rythme assez lancinant du film peut rebuter mais si l’on se prend au jeu, si l’on s’attarde à cette sensibilité qui filtre par les détails, si l’on tente de percevoir avant les personnages quelles seront leurs propres destinées sentimentales… LE TEMPS DE L’INNOCENCE renferme un certain plaisir cinématographique. Comme une enquête dont les enjeux seraient exclusivement affectifs – ce qui chez Scorsese, est assez surprenant.

LE TEMPS DE L’INNOCENCE sera projeté le samedi 17 octobre au Pathé Bellecour, dans le cadre d’une rétrospective consacrée à par le Festival Lumière 2015.

Le FESTIVAL LUMIÈRE sur Le Blog du Cinéma
MARTIN SCORSESE: Analyse de ses films

MARTIN SCORSESE: portrait de l’auteur

Ses films présentés au festival Lumière :

Hugo Cabret (2011)
Les Infiltrés (2006)
Casino (1995)
Le Temps de l’innocence (1993)
Les Nerfs à vif (1991)
Les Affranchis (1990)
La dernière tentation du Christ (1988)
La valse des pantins (1982)
Raging Bull (1980)
New York, New York (1977)
Taxi Driver (1975)
Alice n’est plus ici (1974)
Mean Streets (1973)
Boxcar Bertha (1972)
Who’s that knoocking at my door (1968)

Chroniqués par Georgeslechameau

martin-scorsese-visuel-affiche-web

8 films de JULIEN DUVIVIER

JULIEN DUVIVIER: portrait de l’auteur

David Golder (1931)
La Bandera (1935)
La Belle Équipe (1936)
Pépé le Moko (1937)
Un carnet de bal (1937)
La fin du Jour (1939)
Panique (1946)
– Le Temps des Assassins (1956)

Chroniqués par Louis

DUVIVIER

AKIRA KUROSAWA : les anées Toho

Le Plus dignement (1944)
– Qui marche sur la queue du tigre… (1945$)
– Je ne regrette rien de ma jeunesse (1946)
– Un merveilleux dimanche (1947)
– L’Ange ivre (1948)
– Chien enragé (1949)
– Vivre (1952)
– Vivre dans la peur (1955)
– La Forteresse cachée (1958)
– Les Salauds dorment en paix (1960)
– Yojimbo – Le Garde du corps (1961)
– Sanjuro (1962)
– Entre le ciel et l’enfer (1963)

akira-kurosawa-main-image

la cinéaste russe LARISSA CHEPITKO

Un portrait de la Larissa Chepitko

– Chaleur torride (1963)
– Les Ailes (1966)
– Le Début d’un siècle inconnu – composé de L’Ange d’Andrei Smirnov et de Le Pays de l’électricité de Larissa Chepitko (1967)
– Toi et moi (1971)
L’Ascension (1977)

larissachepitko

LUMIERE 2014 : Pedro Almodovar

Programmation de Lumière 2014

PEDRO ALMODOVAR :

Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier de Pedro Almodóvar (Pepi, Luci, Bom y otras chicas del montón, 1980, 1h18)
Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? de Pedro Almodóvar (¿ Qué he hecho yo para merecer esto !!, 1984, 1h47)
Matador de Pedro Almodóvar (1986, 1h45)
La Loi du désir de Pedro Almodóvar (La ley del deseo, 1987, 1h44)
Femmes au bord de la crise de nerfs de Pedro Almodóvar (Mujeres al borde de un ataque de nervios, 1988, 1h35)
Attache-moi ! de Pedro Almodóvar (Átame !, 1989, 1h41)
Talons aiguilles de Pedro Almodóvar (Tacones lejanos, 1991, 1h53)
La Fleur de mon secret de Pedro Almodóvar (La flor de mi secreto, 1995, 1h42)
En chair et en os de Pedro Almodóvar (Carne trémula, 1997, 1h39)
Tout sur ma mère de Pedro Almodóvar (Todo sobre mi madre, 1999, 1h40)
Parle avec elle de Pedro Almodóvar (Hable con ella, 2002, 1h52)
Volver de Pedro Almodóvar (2006, 2h02)
La piel que habito de Pedro Almodóvar (2011, 2h01)

SAGA MUSASHI MIYAMOTO : CRITIQUE des 6 films

PARADIS PERDU, d’Abel Gance: CRITIQUE

OPENING NIGHT, de John Cassavettes : CRITIQUE

Une Femme Dangereuse, avec Ida Lupino: CRITIQUE

Chroniqués par Georgeslechameau

La traversée de Paris

Chroniqué par Louis

lumiere2014 (2)

INFORMATIONS

Affiche du film LE TEMPS DE L'INNOCENCE

Titre original :
Réalisation : Martin Scorsese
Scénario : Martin Scorsese, , d’après
Acteurs principaux : , Michelle Pfeiffer, Winona Ryder
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie: 22 septembre 1993
Ressortie : 21 janvier 2015
Durée : 2h15min
Distributeur : –
Synopsis : A travers le portrait d’un homme partagé entre deux femmes et deux mondes, étude minutieuse de la haute société new-yorkaise des années 1870, avec ses intrigues, ses secrets, ses scandales, ses rites désuets et subtilement répressifs.

BANDE ANNONCE