À LIRE ÉGALEMENT – notre contre-critique de THE INTERVIEW

Décidément la France n’a aucune notion de réactivité pour une sortie en salle. Il n’y a qu’à voir la sortie de Cops (sortie le 21 janvier 2015 en France et sous son titre VO Let’s Be Cops 13 août 2014 aux USA). Faites le calcul et vous comprenez que ceci limite son succès en salle (et même en camouflant légèrement son titre). Alors que les affaires du “Sony Gate” battaient à tout rompre pourquoi la sortie française a été victime tout à tour d’annulation, de repoussement à Février (même d’Avril) pour enfin l’avancée à fin Janvier (d’ailleurs dans le réseau des salles Pathé la sortie est annoncée en Avant-première au lieu de la mention nouveauté?). Enfin bref le potentiel en matière de communication était au top. Tout le monde en parlait et voulait le voir, de plus à la vieille de l’annonce: “pas de case cinéma”.

Le film serait bel est bien passé inaperçu; excepté pour tous ceux qui guettent le moindre faits et gestes (auquel j’en fait parti) des deux énergumènes James Franco et Seth Rogen. Le premier étant un boulimique du travail qui accumulent les projets plus ou moins assumés. Et surtout il intervient de partout même où on ne l’attend pas. D’ailleurs, il réalise lui même des projets qui le tienne à cœur son adaptation de As I Lay Diying de William Faulkner ou bien de Mccarthy Child of God et encore son documentaire – making of autour du film de Friedkin La Chasse (Interior. Leather Bar.). Le second moins impliqué au niveau créatif sauf avec son comparse Evan Goldberg justement avec lequel il avait réalisé C’est La fin (avec la crême de la nouvelle génération US).

En tout cas tous les deux ne seraient rien sans leur mentor Judd Apatow, le spécialiste et talentueux de la comédie américaine moderne dont sa réputation n’est plus à faire. Biberonné en tant que “Freaks” dans la série télévisée Freaks and Geeks de Judd Apatow et Paul Feig (autre grand nom dans le clan): James, Seth et même Lizzy Caplan (rôle de Sara) ont vécu et développé leur humour à travers ce show. Ils sont potes dans la vie et ceci se ressent à l’écran. C’est un film de potes produit par une grosse major et avec un budget plutôt conséquent. 44 millions de dollars américains et la campagne de promotion avait déjà coûté environ 35 millions avant son interruption.

L'Interview qui tue
Le film s’est vu critiqué et catalogué dans un contexte géopolitique qui a dépassé l’entendement. Et hélas il en a fait les frais malheureusement à sa sortie. Il ne faut pas oublier que le projet initial était un pays fictifs mais que les 2 compères ont trouvé bien plus drôle de personnifier leur personnage avec le dictateur Kim Jong-un ce qui est plutôt osé doit-on le reconnaître. Quand à ceux qui le comparent à l’excellent Team America : world police c’est un jumelage réducteur car ce n’était pas le but premier des réalisateurs du film. Le film a été victime d’évènements qui l’ont au final desservi au lieu de l’aider.

l’interview qui tue est un bon gros délire point barre.”

Finalement le dernier délire de Seth Rogen et Evan Goldberg, après le génial C’est La fin (le film lui aussi a connu une sortie chaotique sur notre territoire), est une bonne grosse farce. Les 2 hommes ont eut quasiment les pleins pouvoir pour faire le film qui voulaient. Faire déféquer King Jong-un, le faire aimer du Katy Perry et boire des margaritas. Ajouter tous les sous entendu Gay… on est bien dans leur humour de potes.

Box office du film sans le marché VOD.

INFORMATIONS

L'Interview qui tue



CRITIQUE
CONTRE CRITIQUE
SONY GATE / THE INTERVIEW

Titre original : The Interview
Réalisation : Seth Rogen et Evan Goldberg
Scénario : Dan Sterling, Seth Rogen et Evan Goldberg
Acteurs principaux : James Franco, Seth Rogen, Lizzy Caplan
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 28 janvier 2015
Durée : 1h52min
Distributeur : Sony Pictures Releasing France
Synopsis : Un animateur de talk show et son producteur se retrouvent impliqués dans un complot meurtrier à l’échelle internationale.

LE DVD – Version non censurée

DVD plus que correct pour cette comédie déjantée et absurde. Par ailleurs et pour le même prix nous vous recommandons l’achat du Blu Ray avec d’avantages de bonus* délirants.

Editeur / distributeur : Sony Pictures Entertainment
Format vidéo : 2.40 – 16/9
Audio : Français, Anglais et Allemand en Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Allemand, Français, Anglais, Néerlandais, Turc, Arabe.

Suppléments

– Commentaire audio d’Evan Goldberg
– “Nu et effrayé” : voyez les stars de “The Interview” exposées dans la nature

* bonus supplémentaire en BR
– Scènes additionnelles et inédites
– Bêtisier
– 3 Line-o-Ramas
– “Réalisateurs de ce film”
– “Des espions parmi nous”
– Audition de Randall Park
– Dans la peau du personnage
– “Pour l’amour d’un chiot”
– “Minou, minou”
– “Histoire de se marrer”
– “Sortir avec un dictateur”

BANDE-ANNONCE

Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
  S'abonner  
Notifications :

[critique] L’INTERVIEW QUI TUE

0