Affiche du film MY WEEK WITH MARILYN

Au début de l’été 1956, se rend en Angleterre pour la première fois. En pleine lune de miel avec le célèbre dramaturge Arthur Miller, elle est venue tourner LE PRINCE ET LA DANSEUSE, le film qui restera célèbre pour l’avoir réunie à l’écran avec Sir , véritable légende du théâtre et du cinéma britanniques, qui en est aussi le metteur en scène.
Ce même été, Colin Clark, 23 ans, met pour la première fois le pied sur un plateau de cinéma. Tout juste diplômé d’Oxford, le jeune homme rêve de devenir cinéaste et a réussi à décrocher un job d’obscur assistant sur le plateau. Quarante ans plus tard, Clark racontera ce qu’il a vécu au fil des six mois de ce tournage mouvementé dans son livre, « The Prince, the Showgirl and Me ». Mais il manque une semaine dans son récit…
Son second livre, « Une semaine avec Marilyn », relate la semaine magique qu’il a passée, seul, avec la plus grande star de cinéma du monde.
Tour à tour drôle et poignant, MY WEEK WITH MARILYN porte un regard intime et rare sur l’icône de Hollywood, en racontant le lien aussi bref que puissant qui s’est noué entre cette femme exceptionnelle et le jeune homme qui a su la comprendre mieux que le reste du monde.

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Date de sortie : 4 avril 2012
Réalisé par Simon Curtis
Film Américain, britannique
Avec , ,
Durée : 1h 42min
Titre original :
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Réalisé par un illustre inconnu (du moins chez nous en France), My Week With Marilyn est une mise en abîme pas aussi pétillante que les publicitaires nous le laissaient présager mais néanmoins très agréable à suivre durant sa première partie.

Prenant comme pont d’ancrage l’arrivée à Londres d’un jeune campagnard prêt à tout pour percer dans le métier de producteur, My Week With Marilyn embarque le spectateur dans les coulisses du tournage du film de Sir Laurence Olivier qui a eu l’honneur d’avoir Marilyn Monroe en personne en tête d’affiche. Succès assuré donc pour son film mais au prix d’un tournage calamiteux à cause de la bipolarité d’une actrice rongée par le doute et le succès. A ce stade, le film de Simon Curtis est une véritable réussite. Tous les acteurs sans exception sont parfaits (petite préférence pour ma part pour la « nounou » de Marilyn sublimement interprétée par et qui, malgré ses brèves apparitions, impose son charisme et tient l’une des répliques essentielles du film, réplique qui en dit long sur sa tendre épouse), le rythme est aussi entrainant qu’un bon vieux Rockabilly et la photographie bénéficie d’une palette de couleurs propice à véhiculer la moindre émotion.

Photo (1) du film MY WEEK WITH MARILYN

Un métrage en demi-teinte qui laissait présager un succulent biopic sur une icône indémodable avec ce qu’elle a de plus touchant et de plus agaçant à la fois.

Néanmoins, malgré un départ tonitruant, c’est lorsque commence ce que l’on pourrait qualifier d’amourette de vacance entre Marilyn Monroe et ce jeune campagnard, symbole de cette insouciante innocence juvénile, que le film redescend de son piédestal pour devenir une romance certes légère mais semblant avoir été déjà aperçu des dizaines de fois auparavant. Dommage car les acteurs sont toujours aussi performants mais les dialogues s’enlisent dans un monotonie presque soporifique par moment.

En résulte un métrage en demi-teinte qui laissait présager un succulent biopic sur une icône indémodable avec ce qu’elle a de plus touchant et de plus agaçant à la fois dans sa première partie, qui se perd en route par la suite pour devenir une romance à l’eau de rose mal amenée ou du moins diamétralement opposée avec l’excellence d’une première partie proche du génie. Dommage car ce qui restera ancré dans les mémoires sera la déception de cette dernière ligne droite.

Photo (2) du film MY WEEK WITH MARILYN