Jamal Malik, 18 ans, orphelin vivant dans les taudis de Mumbai, est sur le point de remporter la somme colossale de 20 millions de roupies lors de la version indienne de l’émission Qui veut gagner des millions ? Il n’est plus qu’à une question de la victoire lorsque la police l’arrête sur un soupçon de tricherie.
Sommé de justifier ses bonnes réponses, Jamal explique d’où lui viennent ses connaissances et raconte sa vie dans la rue, ses histoires de famille et même celle de cette fille dont il est tombé amoureux et qu’il a perdue.
Mais comment ce jeune homme est-il parvenu en finale d’une émission de télévision ? La réponse ne fait pas partie du jeu, mais elle est passionnante.

Note de l’Auteur

[rating:3/10]

Date de sortie : 14 janvier 2009
Réalisé par Danny Boyle
Film américain, britannique
Avec Dev Patel, Mia Drake, Freida Pinto
Durée : 2h00min
Titre original : Slumdog Millionaire
Bande-Annonce :

Ma première expérience avec le cinéma de Danny Boyle se fit au travers de Petits Meurtres Entre Amis (1994), petit bijou engagé (sens cinématographique, non politique !) au scénario cisaillé avec une précision chirurgicale. Ce métrage dévoilait les capacités d’un nouveau réalisateur ; Trainspotting (1996), diatribe envers une certaine jeunesse héroïnomane, viendra confirmer ce talent.

La suite s’avère moins concluante, avec des essais non transformés, et cet intérêt croissant pour des aventures épiques futuristes, au style assez formaté. Partir à l’aventure est louable, s’éloigner des critères fondamentaux qui font la qualité d’un film devient suicidaire !

Avec ce Slumdog Millionaire, Danny Boyle prend d’assaut les banlieues miséreuses d’une mégalopole indienne pou réaliser une chronique tiers-mondiste (il existera toujours une minorité pour exploiter la pauvreté d’une majorité, ceci est écrit dans l’Histoire Monsieur Boyle – it is written !).
Fort de ses huit Oscars, cette reconnaissance ‘suprême’ présageait du meilleur, et du meilleur il n’en a absolument rien été, ce fut au contraire le pire !

Le scénario nous contraint à croire à ces coïncidences qui vont au-delà de toute compréhension humaine, le comble du ridicule étant atteint lors de l’épisode du petit enfant en Dieu Rama ! On ne frôle pas le ridicule, on nage en plein dedans !
Danny Boyle utilise l’ellipse temporelle, la vie des deux enfants est transposée sur 3 périodes différentes, le clou du spectacle se situe dans la deuxième, lorsque les deux chérubins parlent un anglais digne d’étudiants en interprétariat (rappelons qu’ils viennent d’un bidonville, qu’ils ne savent ni lire ni écrire !). Nous ne somme plus dans le ridicule, mais dans un foutage de gueule indécent ! Oui, j’oubliais, ce sont de vrais petits guides touristiques, aussi !
Ces invraisemblances scénaristiques décrédibilisent ignoblement le ‘scénario’, Danny Boyle jette en pâture ces deux gamins sans aucune approche de fonds, utilise les clichés habituels de la pauvreté, de l’exploitation en termes d’images chocs, mais quid de la genèse de cette situation ?
Danny Boyle
ne nous épargnera pas non plus ce manichéisme estampé hollywoodien, cette lutte primaire du bien contre le mal.

Esthétiquement surfait, angéliquement sur-stylisé, on se croirait parfois dans un film New Age pour ados pré-pubères. Ses effets n’arrivent même pas à convaincre, ce plongeon de Jamal dans le caca est d’une bouffonnerie nauséabonde ; la scène de la baignoire avec ces liasses d’argent est d’une médiocrité abyssale (pourquoi Salim ne fuit-il pas ?!) ; la réponse laissée sur la glace embuée des toilettes est d’un prévisible absolu ; la scène du pourboire de 100 Dollars est d’une mièvrerie débile !
Cette surenchère d’effets et d’invraisemblances provoque des aigreurs d’estomacs à n’en plus finir, STOP !

Encensé par une critique quasi unanime, bien-pensante et conformiste, Slumdog Millionaire recueillera la consécration de ses pairs, cette Académie prestigieuse, qui lui décernera, entre autres, l’Oscar du Meilleur Film (en compétition avec notamment The Reader, Harvey Milk et Frost / Nixon – L’Heure De Vérité). Cette récompense constitue un parjure de la plus vile espèce, et institutionnalise une frange croissante de cinéastes investis d’une seule mission : faire de pognon au mépris de l’intelligence du spectateur !
Souvenons-nous qu’un film aussi profond et sincère que Salaam Bombay ! (Mira Nair), traitant du même sujet, n’ait même pas obtenu l’Oscar du Meilleur Film étranger en 1989 : incohérence, corporatisme, incompétence, tricherie ? Faites votre choix, il vous reste un appel a l’aide… Celui du public !