La galaxie est en proie à la Guerre des Clones, un conflit à grande échelle qui oppose les maléfiques Séparatistes et leurs immenses armées d’androïdes à la République. Les Chevaliers Jedi, protecteurs de la République, luttent pour maintenir l’ordre et restaurer la paix tandis que de nouvelles planètes succombent chaque jour aux puissances du mal. Pour prendre l’avantage, le Chevalier Jedi Anakin Skywalker et sa jeune Padawan, Ahsoka Tano, sont chargés d’une mission capitale qui va les confronter au redoutable “parrain” de Tatooine, Jabba le Hutt. D’autres épreuves et de nouveaux dangers attendent nos héros sur Tatooine, car le Comte Dooku ne tarde pas à se lancer à leur poursuite avec ses sinistres agents – dont la cruelle Asajj Ventress, prête à tout pour faire échouer Anakin et Ahsoka.
Pendant ce temps, sur le front, Obi-Wan Kenobi et Maître Yoda s’efforcent vaillamment de préparer l’armée des clones à résister aux forces des Ténèbres…

Note de l’Auteur

[rating:4/10]

Date de sortie : 27 août 2008
Réalisé par Dave Filoni
Film singapourien, américain
Avec Matt Lanter, Ashley Eckstein, James Arnold Taylor
Durée : 1h37min
Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Nous l’attendions… ou pas. La fameuse méfiance du spectateur face à l’énième épisode. Que dire du quatrième volet d’Indiana Jones ( Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal ) ou encore du second film tiré de la série X-Files ( X-Files Regeneration ) ? Celui de trop ? The Clone Wars s’appuie à son tour sur la notoriété des précédents pour s’assurer d’un succès marketing.

A la différence ici, The Clone Wars est un film d’animation. Georges Lucas justifie ce choix par une liberté dans la mise en scène du film. Malheureusement l’animation, ici, dessert l’ensemble du film. Il faut un petit temps d’adaptation pour accepter le changement physique des personnages principaux. Quelques minutes après une unique chose accroche l’attention : l’expression des visages mal définis ( impossible de faire la différence entre un Yoda en colère et un Yoda au comble de la jouissance ). Ainsi leurs voix ne semblent pas leur appartenir. S’ajoute à cela des déplacements des plus rigides ( ironique pour des Jedi ). Notons l’effort pour les scènes de combat, bien plus minutieusement travaillées.

Dans cet épisode, Ahsoka, un nouveau Padawan ( un apprenti Jedi ) est formé par Anakin Skywalker. The Clone Wars repose sur deux aventures : d’un côté la mission confié par Jabba le Hutt, de l’autre la volonté d’Ahsoka de se faire respecter en tant que Jedi. Malheureusement cette formation est clairement ridicule en comparaison de celle d’Anakin Skywalker par Obi-Wan Kenobi, vécu dans la trilogie. La niaiserie frappe constamment cette relation, ponctuée par une répartie insolente, peu crédible, et de nombreux échanges de regards risibles. De plus ce personnage secondaire n’est qu’une excuse peu valable pour stimuler l’intérêt du spectateur. Risquait-on de tomber dans la redondance en ne conservant qu’Obi-Wan et Anakin ? Mais Ahsoka n’est en aucun cas une marque d’originalité. Adolescente rebelle, voici un personnage récurrent dans nombre de films ou séries télévisuelle. Au fil de l’évolution du film, le spectateur comprendra rapidement que le public visé est… jeune, très jeune. Nombre de films d’animation, tel que Shrek, jouent sur plusieurs tableaux : personnages attendrissants et humour grossier pour les enfants et jeux de mots destinés à la compréhension adulte. The Clone Wars en est bien entendu dénué. Une pale copie visuelle des films Star Wars saupoudrée d’une relation padawan-jedi facile et de robots idiots destinés à faire rire.

Hésitation constante donc, entre la reprise fidèle de l’esprit des épisodes précédents et le film d’animation 3D. L’humour, maladroitement inséré, finit par taper sur le système.
Cet épisode possède l’aura des dessin-animés du mercredi matin. De par l’aura de Star Wars il s’est donné le luxe de passer sur grand écran. Pour résumer, cet épisode ( et les prochains ) ne sont là que pour raconter des anecdotes dans le cadre de Stars Wars. Concrètement ces histoires n’apportent rien à la saga Star Wars. Même les nostalgiques seront déçus. Il est difficile de retrouver l’énergie de Star Wars à travers ces animations.

6
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
5 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
Gomo (auteur)VassagoYannickDric Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Dric
Invité

Ouah, c’est sévère. Moi qui pensait que ce film pouvait peut-être redonner son blason à la saga…

En ayant vu les extraits, j’aime assez le style graphique, mais comme d’hab on a toujours un gros doute sur les points noirs des derniers Star Wars, le scénario et les personnages. Au moins je suis fixé, je le verrai en DVD.

Dric
Invité

On dit pas “redorer son blason”, au fait ?

A quand la possibilité d’éditer son commentaire ? :D

Yannick
Invité

Si, c’est bien “redorer” ! ^_^
Et non, ce n’est pas prévu au programme l’édition de commentaires ^_^

Vassago
Invité

Pareil, cet avis confirme plus ou moins l’idée que je m’en faisais. J’attendrai qu’il passe à la télé pour ma part…

Gomo (auteur)
Invité

Malgré la qualité exécrable du film et un ciblage sur les gosses, faut avouer que le double numérique d’Hayden Christensen est plus expressif que l’original ! Par contre dans toutes les idées débiles qu’ils ont eut (la gosse padawan, les robots encore plus bêtes qu’avant, l’oncle Elton-Johnien de Jabba…) le fils de Jabba est bien la plus mauvaise.