On avait plutôt pas aimé DIVERGENTE… Malgré les géniaux et (qui d’ailleurs sont à l’affiche ensemble dans un vrai petit chef d’oeuvre, The Spectacular Now), DIVERGENTE n’était qu’un sous Hunger Games.

Hunger Games
, qui avait au moins le mérite relatif d’être une évolution d’un genre à la mode, plutôt qu’une simple transposition. DIVERGENTE tentait simplement de recréer l’alchimie teen-movie / uchronie sans jamais convaincre, ni par la réalisation, ni par son scénario, ni par l’interprétation générale ou la direction artistique… Un film moyen, quoi.

On ne vous aurait même pas parlé de sa suite si ce n’étaient ces posters promotionnels n’avaient pas attirés notre attention :


Vous vous dites : mouais ? Moche (et méchant)… Et vous avez raison.
Mais pire : il s’agit d’un cas assez commun d’opportunisme et de plagiat.

Le truc, c’est que ces affiches (visibles ICI) sont dynamiques et modélisées en 3D. Exactement comme celles d’ Hunger Games, proposées par Metropolitan quelques semaines plus tôt.
Ainsi, la comparaison entre les deux sagas ne se restreint pas à leurs sujets similaires, mais également à leur stratégie de communication.

On se souvient que la campagne promotionnelle menée par Metropolitan a été une des premières a utiliser des posters interactifs pour illustrer ses personnages. Plus récemment, ce sont les emblèmes du film (le Geai Moqueur) qui étaient reproduits à plus ou moins grande échelle dans des villes et paysages. Une manière, de se démarquer de la concurrence en prolongeant l’univers du film dans la réalité de façon à le rendre palpable, à provoquer l’immersion. Une communication visant, en sourdine, à s’adapter à l’air du temps, en ciblant un public précis, et en utilisant les évolutions des technologie et des mœurs.

Il semble que  2 : L’INSURRECTION suive également cette voie. On peut donc s’attendre à découvrir, dans les prochaines semaines, des pochoirs de Tris et Four sur nos abris bus, à de la propagande virale pour les différents clans, puis à un compte à rebours précédant une bande-annonce… Ce genre de choses plus du tout originales, quoi.

Ceci-dit, réutiliser les recettes qui fonctionnent n’est pas nouveau, de / & co, aux films muets/burlesques, en passant par les polars noirs des années 50 ou plus récemment, la 3D
L’industrie du divertissement – tous genres et médias confondus – a toujours su exploiter le « filon » jusqu’à la moelle, jusqu’à ce que le spectateur soit lassé et s’intéresse à quelque chose de nouveau, dont il faut alors dupliquer le succès, etc.

Il ne nous reste plus qu’a espérer qu’une alchimie de talents permette de transcender ces « copies, d’une copie, d’une copie… » en un film dont le feeling déjà-vu s’estompe au profit d’un plaisir cynique de consommation et d’un minimum de stimulation, à défaut d’être un chef d’oeuvre.

[ MISE À JOUR : 12 novembre 2014 ]

On tempérera en notant que ce premier teaser très spectaculaire (quoiqu’un peu grand-guignol) s’éloigne énormément de l’optique sombre/oppressante de la série Hunger Games, pour se tourner vers le divertissement décomplexé à la Spider-Man (Raimi) / Uncharted.

TEASER

 

INFORMATIONS

18 mars 2015 - Insurgente


– CRITIQUE : DIVERGENTE
CRITIQUE : DIVERGENTE 2: L’INSURRECTION
DIVERGENTE 2 : impressionnant spot du superbowl
DIVERGENTE 2 – l’occasion d’identifier un certain opportunisme

Titre original : Insurgent
Réalisation : 
Scénario : Brian Duffield, Akiva Goldsman, Mark Bomback, D’après l’oeuvre de Veronica Roth
Acteurs principaux : Shailene Woodley, Miles Teller, Theo James, Liam Hemsworth, Jai Courtney
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 18 mars 2015
Durée : 1h59
Distributeur : SND
Synopsis : la suite de Divergente.