En 2011, les frères Coen passent au western en s’attaquant au remake de 100 dollars pour un shérif, réalisé par Henry Hataway en 1969 et porté par John Wayne.

Fort de ses 10 nominations aux oscars, la nouvelle épopée des Coen repartira néanmoins bredouille de Los Angeles. Pourtant, elle ne manquait pas d’arguments séduisants, à commencer par un Jeff Bridges héritant du rôle jadis tenu par Wayne.

TRUE GRIT 2011 reprend la même trame scénaristique efficace du True Grit de 1969 (titre original devenu 100 dollars pour un shérif en France), qui voyait une adolescente de 14 ans téméraire et déjà bien mature pour son âge, engager un marshal borgne certes alcoolique mais intrépide (Jeff Bridges), possédant ce sens du “vrai courage” en lui (le “True Grit” donc). Ce binôme inhabituel croisera rapidement la route d’un Texas Ranger (Matt Damon) souhaitant également abattre le dangereux meurtrier (Josh Brolin) du père de la petite Mattie Ross (Hailee Steinfeld). Ils s’embarquent finalement tous les trois dans une traque au beau milieu des grands espaces de l’Ouest américain.

Photo du film TRUE GRIT

© Paramount Pictures France

Premier constat évident : cela devait démanger depuis un bon moment les deux frères de réaliser un véritable western, tant l’univers et les personnages que l’on rencontreront tout au long du métrage, semblent être un prolongement naturel de leur filmographie vue jusqu’ici. Déjà particulièrement à l’aise pour filmer l’aridité et l’immensité dans No Country For Old Men, ils récidivent avec brio pour nous offrir de nouveaux plans particulièrement sophistiqués. Les rencontres bouffonnes, inquiétantes ou joyeusement débiles que notre trio est amené à croiser ne sont d’ailleurs pas en reste.

Mais la plus grande attraction de cette resucée demeure sans conteste la réjouissante prestation de Jeff Bridges. Son personnage semble être l’ancêtre version far-west du Dude de The Big Lebowski, en plus braillard et cradingue mais toujours aussi badass. Un véritable one-man show à savourer d’autant plus en V.O., son anglais s’avérant magnifiquement incompréhensible même pour les meilleurs anglophones. Autour de lui gravitent le sympathique Matt Damon et surtout la révélation Hailee Steinfeld, carrément épatante dans le rôle de la gamine têtue et en avance sur son temps. Seule présence féminine, elle donnera parfois naissance à des scènes d’une certaine ambiguïté, au milieu de tous ces mâles, ambiguïté appuyée un peu plus par son tout jeune âge dans ce récit.

Un agréable parfum d’authenticité et de classicisme plane sur cet excellent remake de 100 Dollars Pour Un Shérif.

Tenant plus du road-movie que de la chasse à l’homme, on suit toutes les tribulations avec un réel plaisir, d’autant que l’humour est aussi au rendez-vous, avant de voir le film s’emballer considérablement dans une dernière partie enchaînant les morceaux de bravoure, que l’on avait pas vue venir. La justesse du final est également à souligner, faisant surgir l’émotion et réussissant là où d’autres se seraient vautrés dans le mielleux.

À aucun moment les Coen n’ont la prétention de vouloir dépoussiérer ou ré-inventer un genre (chose qui arrivera plus tard avec un certain Django Unchained), mais choisissent de ressusciter une époque classique et authentique du western, qui leur tenait visiblement à cœur (moment où émergeait d’ailleurs le western-spaghetti), en signant cet excellent remake.

TRUE GRIT, un retour au "vrai" western - Critique
3.8Note finale
Mise en scène
Scénario
Casting
Photographie
Musique
Avis des lecteurs 0 Avis

proposer un article ?