MA BELLE-FAMILLE, NOËL, ET MOI, le film de Noël LGBTQ+ – Critique

Dernière mise à jour:

De la neige, un repas de famille, des cadeaux et l’amour magique entre Monsieur et Madame tout-le-monde, il est simple de déterminer les bases du classique Christmas Movie. Et si pour une fois, les fêtes de fin d’année au cinéma permettaient de traiter une histoire d’amour LGBTQ+ ?

Clea DuVall, la réalisatrice américaine, narre ainsi le quotidien d’une jeune femme qui souhaite demander sa petite amie en mariage lors du repas de Noël. Ses plans sont chamboulés lorsqu’elle découvre que sa partenaire n’a pas fait son coming-out auprès de ses parents conservateurs. Les fêtes de fin d’année se déroulent alors au gré de mensonges, questionnements et faux semblants.

Rares sont les histoires lesbiennes au cinéma, d’autant plus dans un contexte de Noël. Et pourtant. Qui n’est pas tombé sous le charme de Cate Blanchett dans le magistral Carol (2016) de Todd Haynes ? La force du film du cinéaste américain réside néanmoins dans l’intérêt principal du film qui impose aux fêtes de fin d’année de ne devenir qu’un simple décor. Il est donc difficile de considérer cette romance comme un simple film de Noël tant son histoire se déroule au travers de regards croisés et clichés voilés.

Happiest Season est un mélangé assumé où les clichés LGBTQ+ et ceux de Noël se confondent

Avec MA BELLE-FAMILLE, NOËL, ET MOI, c’est l’inverse. Clea DuVall nourrit les clichés du genre pour permettre à ses personnages de se développer dans un univers typiquement américain et stéréotypé. Un téléfilm (une sortie directe à la télévision et en VOD sur Hulu) qui s’inscrit donc sans grande prétention dans la grande lignée de ces prédécesseurs. Le spectateur devine directement où et comment la fin va survenir, et il aime ça.

MA BELLE-FAMILLE, NOËL ET MOI peut malgré tout surprendre. C’est notamment au travers du personnage du meilleur ami gay que surgit une des scènes, voir la scène la plus importante. John, incarné par Dan Levy, exprime la définition même du coming-out à Kristen Stewart. Il lui énonce comment chaque histoire, chaque famille accueille ce genre de nouvelles et à quel point une annonce peut provoquer un impact sur la vie de la personne. Certaines sont heureuses, d’autres malheureuses. La scène émeut par sa simplicité et son authenticité. Tout comme la réplique d’Harper qui rappelle la difficulté d’être soi lorsque l’on peut être jugée pour la personne que l’on aime : « Je ne suis pas en train de te cacher toi, je me cache moi « .

Simple ROMCOM aux airs de différence et d’acceptation de tout en chacun, MA BELLE-FAMILLE, NOËL, ET MOI apporte sa pierre à l’édifice pour tenter d’ouvrir de nouvelles portes aux couples homosexuels à l’écran. Et malgré son intrigue entièrement basée sur le coming-out et ses clichés assumés, le film apporte son brin de joyeuseté nécessaire en ces temps compliqués. D’ailleurs, peut-on parler de clichés si l’on réfléchit aux vies artificielles qui nous entourent ?

Robin

Votre avis ?

Note lecteurs0 Note
Titre original : Happiest Season
Réalisation : Clea DuVall
Casting : Kristen Stewart, Mackenzie Davis, Mary Steenburgen
Date de sortie (France) : 17 décembre 2020
Durée : 1h 42min
Genre : Drame, Romance • Nationalité: Etats-Unis, Canada
3
FRAIS

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
LA PLANÈTE DES VAMPIRES, Bava l’alchimiste – critique