BLACK MAPS AND MOTEL ROOMS est un spectacle bien étrange : de grands moments alternent avec des passages ridicules.

Cela va être dur de ne pas spoiler, donc évitez de lire ce qui se cachent sous les balises « spoilers » si vous n’avez pas encore vu cet EPISODE 7.

Nous avions laissé nos trois enquêteurs (Ray Velcoro – Colin Farrell, Ani Bezzerides – Rachel McAdams et Paul Woodrugh – Taylor Kitsch) sur un final intense et haletant (voir l’épisode 6). Plutôt que d’enfoncer le clou et d’augmenter la pression sur les trois flics, ils reprennent tranquillement leur souffle dans une succession de chambres d’hôtel à moquette et papier peint jaune pisse.

Après le soap opera (voir « Vinci ton univers impitoyable », épisode 4) penche vers le théâtre filmé dans son tout premier tiers. On craint à ce moment de retomber dans les pires travers de la saison 2 (dialogues interminables, statiques et inintéressants).

Peu crédible mais pourtant très prenant, cet ÉPISODE 7 se regarde avec plaisir. Un doute pèse évidemment sur la conclusion qui s’approche : tout ceci a-t-il un sens ? Il ne reste qu’un épisode pour tout régler, et avec BLACK MAPS AND MOTEL ROOMS s’éloigne un peu plus la possibilité que toutes les questions trouvent des réponses. D’une manière générale, cet épisode ne vaut pas pour son scénario mais plutôt pour la performance des acteurs, qui arrivent à nous faire croire aux plus improbables situations.

Installés dans une chambre d’hôtel, les trois « vrais détectives » vont discuter de toutes les implications des documents qu’ils ont trouvé dans la partie fine du précédent épisode. A coup de « shit » et « fuck » vous aurez le détail de ce que semble signifier toute la vase soulevée par le meurtre de Caspere. Comme on nous a dit au tout début que Vinci est une ville corrompue, on est pas trop surpris, à l’inverse des personnages.

Ce qu'ils comprennent...ou pas.
En fronçant les sourcils pour lire les noms russes associés à des responsables de la ville, nos trois enquêteurs croient avoir trouvé un motif. Peut être. Parce que finalement toutes les pièces (diamants, millions dérobés, trafics d’influences, etc.) ne collent pas tout à fait.
True Detective Saison 2 © D.R © HBO

True Detective Saison 2 © D.R ©

De son côté, le très costaud Frank Semyon (alias Vince Vaughn) bouge autre chose que ses sourcils dans cet épisode. Avec les éléments que lui a ramené Frank et ceux qu’il a glané de son côté, il n’a plus de doute sur celui qui l’a trahi, et ce que cela implique. Là il y a de vrais moment de cinéma, une tension qui s’installe. Le mafieux se sait en danger, et il doit agir vite et avec précision. Frank est un prédateur qu’on nous a montré sous plusieurs facettes. Même si on ne réalise pas trop encore l’intérêt de nous avoir parlé de ses problèmes conjugaux, c’est clairement un personnage qui a pu monté en puissance épisode après épisode. Son comportement dans BLACK MAPS AND MOTEL ROOMS apparait donc complètement cohérent.

Et le coupable est...
Ce gentil Blake, bras droit de Frank et gendre parfait, était en fait un traître (surprise). L’interrogatoire et l’exécution qu’il subit valent uniquement pour la performance des deux acteurs, bien plus juste que durant la baston avec le gérant du bar dans Maybe Tomorrow. Car en fait si Blake a bien trahi Frank pour s’accoquiner avec les Russes, il ne sait absolument pas qui a tué Caspere… d’ailleurs « personne ne sait ! » Donc quel intérêt vis-à-vis de l’histoire ? Pas grand chose. N’empêche, la scène est bien tournée et la tension est palpable tout le long de cette confrontation longtemps attendue.
Franck rencontre Rabbi Jacob
Alors forcément en tant que mangeurs de fromages qui puent, ils nous manquent parfois quelques codes culturels typiquement américains. Je veux bien croire que la communauté hassidique soit davantage représentée aux USA, mais faut-il que les hommes de main d’une sorte de prêteur sur gage juif – c’est quand même limite comme stéréotype – portent les papillotes ? Pour Frank en tout cas ça n’a pas l’air drôle du tout, et quelques tics de paupières de Vince Vaughn nous font accepter la rencontre.

A mesure que les flics comme le criminel prennent conscience des implications des cartes qu’ils ont en main, ils vont vouloir mettre à l’abri leurs proches. Dans ce réflexe de survie, il y a un rapprochement intéressant entre le mafieux et les enquêteurs, censés être de l’autre bord. Ce parallèle n’est pas sans rappeler celui entre  et  dans Heat de Michael Mann.

« Peu crédible mais très prenant, cet épisode se regarde avec plaisir. Un doute pèse sur la conclusion qui s’approche : tout ceci a-t-il un sens ? »

BLACK MAPS AND MOTEL ROOMS  concentre tous les défauts et toutes les qualités de cette saison 2. Les dialogues ne sont pas tous crédibles, mais permet à chaque personnage de se confronter aux autres, au travers du « couple » qu’ils forment l’espace d’un instant. Le motif du face-à-face ressort clairement de cet épisode, et il fait écho à tous les plans précédemment vus dans cette saison 2 mettant deux personnages isolés dans un cadre épuré. De longs moments dévolus à des regards, certains gênés, d’autres inquisiteurs. Nic Pizzolatto dessine des personnages en creux, uniquement déterminés par les confrontations que d’autres personnages leur permettent.

Final
En ce sens, lorsque Paul tombe sur son amant-maître chanteur dans les souterrains de la ville, il fera tout pour éviter son regard. Mais la fusillade qui suivra l’obligera à tuer tous ses opposants, y compris son ancien camarade d’armée. Dans le même plan, nous voyons Paul et le corps de l’homme qui représente sa pulsion, inerte. Paul lève les yeux vers l’homme qu’il vient d’abattre, mais aucun contre-champ ne fera apparaître le visage du mort, qui nous tourne irrémédiablement le dos. Paul quitte le tunnel pour finalement se faire abattre plus loin par un tireur embusqué… dans le dos. Ironie de ce cher Nic : reniant son homosexualité, Paul a couru à sa perte. Comme lui dit son amant avant que la fusillade ne se déclenche, tout ceci ne serait jamais arrivé. La confrontation avec cet aspect de sa personnalité que Paul refuse d’admettre le condamne à ne plus exister. Si Paul n’a plus d’opposant, il semblerait que pour Nic Pizzolatto le personnage n’ait plus d’intérêt. Donc il le supprime.

Très en retraits pendant l’épisode, Ani et Ray vont essentiellement discuter des conséquences de leurs choix passés. L’action se passe ailleurs : Franck dérouille ses adversaires à tour de bras pendant que Paul s’esquive suite à d’inquiétants messages. Les longues scènes de discussion entre Ray et Ani sont supposées nous faire comprendre que ces deux là se rapprochent, apprennent à se connaître. Le dénouement de cette bulle de bons sentiments n’est acceptable qu’à la lumière de ce que Ray a traversé, et l’émotion que Colin Farrell a insufflé dans ces événements (deuil de sa probité en tant que flic puis de sa paternité).

WTF???
L’évolution de Paul est donc à l’extrême inverse de celui d’Ani et de Ray qui à force de discuter de leurs erreurs passées, finissent avec l’aide de plusieurs verres d’alcool bon marché à tomber dans les bras l’un de l’autre (oui oui ils se font des bisous et plus si affinité). Sur le papier, cette conclusion d’une relation – surtout conflictuelle jusqu’ici – parait peu crédible. Pourtant, Colin Farrell et Rachel McAdams arrivent à nous faire croire à ce « coup de foudre. » Peut-être qu’il se dissipera avec les vapeurs de l’alcool, mais ce rapprochement est touchant, tout en étant artificiel. Encore une fois, il faut saluer la performance des acteurs qui ont su au fil des épisodes de mieux en mieux incarner leur personnage, trouvant quelque chose d’authentique par-delà les circonvolutions philosophiques de Nic Pizzolatto.
ep15-ss07-1920

True Detective Saison 2 © D.R © HBO

On peut dire que le créateur de TRUE DETECTIVE a le sens du tragique, même si ça passe par une ironie assez perturbante.

Tragédie quand tu nous tiens !
L’auteur de TRUE DETECTIVE aurait pu terminer simplement sur le corps gisant de Paul. Mais il nous rappelle que sa femme enceinte et sa mère l’attendent toujours dans la chambre d’hôtel. Son fils naîtra donc sans père… tout comme Paul lui-même qui a développé de ce fait une relation très ambiguë avec sa mère. On retrouve la vision pessimiste et déterministe de Nic Pizzolatto, qui a plusieurs fois insisté sur l’idée d’un monde sans espoir. Mais quand la leçon de morale se résume à un seul plan, on est forcé de saluer la maîtrise du scénariste et du réalisateur. En même temps, on garde le sentiment qu’un tel retournement aurait pu arriver beaucoup plus tôt dans la série, et ainsi permettre au scénariste de faire le « ménage » en éjectant un personnage plus que secondaire.

Sensation d’inachevé lorsque le générique défile. On s’est bien amusé avec Frankla-main-lourde et Paul-la-gâchettemais qu’est ce qui peut bien se passer d’intéressant maintenant que Ray et Ani se sont trouvés autant de points communs ? En quoi sont ils motivés pour résoudre le meurtre de Caspere ? La sous-intrigue de Paul a certes trouvé une conclusion morale intéressante, mais on garde l’impression de s’être fait floué avec cette partie de l’histoire. Tout ça pour ça ? Si l’intrigue entière suit l’évolution de ce personnage, la fin de saison 2 de TRUE DETECTIVE risque d’être très très décevante.

Les bons moments de cette saison flottent indépendamment les uns des autres. On se souvient avec plaisir de l’hallucination de Ray au début de Maybe Tomorrow, de sa discussion père-fils sur le canapé dans Church in Ruins ou encore le passage à tabac de BLACK MAPS AND MOTEL ROOMS. Mais il manque un axe clair à cette saison pour satisfaire les adeptes du « binch watching » (addict, vous regardez tous les épisodes d’un coup).

Comme le reste de la saison 2, cet ÉPISODE 7  aura eu le courage de tenter beaucoup de choses risquées, parfois réussies, parfois beaucoup moins. Plaisant pour son caractère expérimental et non-conformiste, TRUE DETECTIVE n’en est pas moins déroutant. Toutes ces approximations sembleront anecdotiques si le dénouement nous apporte un retournement de situation crédible, surprenant et créatif. Maintenant seul compte le sens que Nic Pizzolatto veut donner à cette énigme, et la clarté avec lequel il énoncera son message en dépit de ses tendances crypto-métaphysiques. Réponse le 10 Août.

@thomas_coispel

INFORMATIONS

© HBO

© HBO

Récapitulatif des épisodes

Titre original : Black maps and Motel Rooms
Réalisation : Daniel Attias
Scénario :
Acteurs principaux : , Rachel McAdams, , et
Pays d’origine : USA
Sortie : 02/08/15
Durée : 59mn
Distributeur : HBO/OCS
Synopsis : Un meurtre bizarre rassemble trois enquêteurs et un criminel, qui devront chacun se frayer un chemin à travers les conspirations de Vinci

BANDE-ANNONCE

Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
  S’abonner  
Me notifier des