Aussi adulée par les adolescents que La Casa de Papel, la teen- espagnole ELITE revient pour régler ses comptes de manière sanglante. Les masques tombent enfin au prestigieux lycée de Las Encinas avec une troisième saison globalement réussie (attention cette critique contient des éléments pouvant divulguer des éléments de l’intrigue).

Lors de la première saison d’ELITE – série créée par créée par et pour – trois étudiants de la classe ouvrière espagnole sont admis dans un un prestigieux lycée huppé qui accueille les jeunes de l’élite. Cette première partie se focalisait sur le meurtre d’une des étudiantes tandis que la deuxième enquêtait sur le disparition d’un autre. Pour ce retour très attendu sur la plateforme mondiale, la série télévisée espagnole retourne sur ses pas, un nouveau cadavre sur les bras. Et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit du meurtrier de la jeune étudiante pleurée par tous.

Álvaro Rico (Polo) et Ester Expósito (Carla) © Netflix

Si la série est, comme depuis son épisode pilote, construite chronologiquement de manière à former un puzzle dans l’intrigue – structure également présente chez How To Get Away With Murder -, c’est la façon dont le crime est intelligemment présenté qui est à souligner dans cette troisième saison. En effet, on nous présente et ce depuis même la bande-annonce, la victime et de quelle manière elle décède. Polo (Álvaro Rico) traverse une vitre et tombe du dernier étage d’une boite de nuit. Les épisodes se finissent par l’interrogatoire des personnages principaux qui s’accusent les un les autres. Une belle manière, sur la papier, de garder le suspens quand on apprend au dernier épisode qu’il s’agissait d’une alliance commune pour protéger le coupable.

En dehors de ce meurtre, cette nouvelle saison s’articule également sur d’autres sujets qu’elle abordait déjà avec brillance auparavant. Le trafic de drogue et son effet néfaste sur la santé et sur le mental des dealers, la possession masculine et pression mentale ainsi que les réseaux sociaux. Mais c’est le couple homosexuel formé par Ander (Arón Piper) et Omar (Omar Ayuso) qui marque les esprits dans cette troisième partie du programme Netflix. Ander, un des élèves les plus parfaits du lycée, est atteint d’une leucémie. Admirablement traitée, la maladie de ce personnage permet aux scénaristes d’évoquer les conséquences de ce mal-être sur ses proches et notamment dans un couple. Quelles sont les sacrifices à faire, quelles hantises apparaissent pour provoquer des obsessions. Encore une fois, ELITE – malgré son public cible que sont les adolescents – réussi fièrement à aborder des thématiques tabous ou floues de manière adulte. Une des forces principales de cette série qui se sert de son deuxième plan pour instruire son public.

(Guzman) et Álvaro Rico (Polo) © 2020 Netflix

Certes présentée et construite remarquablement, c’est pourtant lors de l’épisode final que le scénario perd tout son sens et ridiculise l’intrigue principale qu’est la mort de Polo. Une intrigue qui n’est pas sans rappeler celle de 13 Reasons Why avec la mort de Bryce Walker. Lors des sept autres actes de cette troisième saison, ELITE interpelle et sème le doute chez le spectateur. La thèse du suicide commence à naitre dans nos esprits et le ping-pong accusatoire entre les personnages en devient presque énervant. Il est difficile d’imaginer comment une telle situation dramatique est arrivée alors que deux autres enquêtes venaient déjà de secouer le quotidien des étudiants Madrileños. Malheureusement, en quelques secondes, la série se permet de faire mourir un des ses personnages principaux – une nouvelle fois – par le biais d’un homicide involontaire. Un son de cloche agaçant quand la série aurait pu imaginer un vrai meurtre. Faire naitre un vrai meurtrier dans cette école où les élèves semblent plus adultes que leurs parents.

La fin de cette nouvelle saison – que ce soit à travers le départ de plusieurs étudiants pour l’étranger (Nadia (Mina El Hammani), Carla (Ester Expósito) et Lu (Danna Paola) ou l’enterrement de Polo – permet les retrouvailles amicales et amoureuses de plusieurs personnages qui font chaud au coeur sans être niaiseuses. Un nouveau cycle globalement réussi donc, et qui aurait pu (et dû) se finir de cette manière : la boucle « Marina » étant bouclée. Netflix en aurait apparemment décidé autrement, et souhaiterait exploiter au maximum le succès du programme puisqu’une quatrième et cinquième saison portées par un nouveau casting seraient sur la table.

Robin Goffin

ÉLITE, une troisième saison mouvementée [spoilers] - Critique
Titre original :
Création : Darío Madrona, Carlos Montero • Casting : , Georgina Amorós, Miguel Bernardeau, Arón Piper, Álvaro Rico
: 13 mars 2020 (Netflix)
Durée : 47-56 minutes
Genre : Drame • Nationalité:
3.0INTÉRESSANT
Avis des lecteurs 4 Avis