La vie s’écoule paisiblement dans la ville d’Angle Grove, protégée par les Power Rangers, six adolescents aux pouvoirs surnaturels. Jusqu’au jour où les ouvriers d’un chantier découvrent un étrange sarcophage qui contient une immonde créature appelée Ivan Ooze.

Pifomètre Nanar

Date de sortie : 18 octobre 1995
Réalisé par Bryan Spicer
Film nippo-américain
Avec Karan Ashley, Johnny Yong Bosch, Steve Cardenas
Durée : 1h35min
Titre original : Mighty Morphin Power Rangers: The Movie
Extrait :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Qui ne se souvient pas des Powers Rangers ? Cette série doucement ringarde où des moules sans charisme enfilent des costumes aux couleurs criardes et dont la gestuelle surréaliste laisse deviner une hyperactivité chronique maladive. Allez savoir pourquoi, en 1995, la a décidé de sortir le film sur grand écran mais sans mettre les moyens qu’il faut. Non pas qu’un surplus de budget aurait franchement sauvé le film qui est d’une nullité sans nom mais on aurait pu au moins parler d’un mérite technique.

Powers Rangers va reprendre tout ce qui faisait le grotesque de la série en en multipliant le tout par 4, je vous laisse imaginer le résultat qui défie l’imagination. Les acteurs représentent à eux seul le gros morceau du film. Dépourvus de la moindre once de charisme ou de crédibilité, ils balancent à tout va des répliques assez croustillantes en matières de niaiseries et de ridicule qui laissent le spectateur parfois assez pantois.

Du côté des méchants, on ne peut pas parler de grande classe non plus. On a droit soit à des monstres en caoutchouc récupérés du dernier Carnaval de Quichon-sur-Marne où des acteurs qui cabotinent comme jamais. On est d’ailleurs bien déçu de voir le méchant incarné par Paul Freeman, lui qui jouait le rival d’Indiana Jones dans Les Aventuriers De L’Arche Perdue se trouve réduit à faire l’imbécile sous un maquillage violet. Son personnage n’avait déjà pas grand-chose pour lui, mais les scénaristes l’enterrent définitivement en lui collant l’un des pire noms de l’histoire du cinéma et lui retirent définitivement la chance d’avoir une quelconque classe à l’écran. Parce qu’il faut bien l’avouer, on ne peut pas oser déclarer qu’on va conquérir la planète quand on s’appelle Yvan Ooze.

Le plus fort des Powers Rangers réside aussi dans ses scènes d’actions où on nous inflige l’inévitable scène de transmutations qui fait de kitsch un terme complètement désuet pour désigner ce qu’on ose nous montrer là. Et c’est parti, les Powers Rangers se battent contre des affreux à grands renforts de cascades craignos où l’on devine très facilement les câbles invisibles, le tout ponctué de punchlines qui renforcent toujours plus le statut de tête à claques de nos héros. Et puis bien entendu, comme les Powers Rangers ont leurs codes, la fin nous refile toujours deux robots qui se pètent la tête dans une ville miniature. Mais là on est en 1995, la révolution numérique a déjà eu lieu avec et la production a voulu se mettre au goût du jour. Faisons simple, leurs robots numériques sont tout simplement affligeants et même les enfants qui sont manifestement le public ciblé pourront toujours soupçonner que ce film les prend un peu pour des imbéciles finis.

Ce Power Rangers était tel qu’on pouvait l’imaginer. Une vaste farce qui s’adresse aux enfants qui sont des grand débiles comme tout le monde le sait, donc inutile de trop s’embêter sur un scénario qui frise le degré zéro. Disons ce qui est, Power Rangers est une insulte envers l’intellect humain et lui assure une bonne place parmi les nanars et en plus dedans, il y a quand même un mec qui s’appelle Yvan Oose.

10
Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
10 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
YanickDEMOCRATIC ONEMickaëlDEMOCRATIC ONEDEMOCRATIC ONE Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Le plus récent Le plus ancien Le plus populaire
Me notifier des
Yanick
Invité
Yanick

Tout d’abord je tiens à rappeler que Power rangers est une série destiné à un public enfant!! En plus c’est une série dans laquelle les enfants font très bien la différence entre le bien et le mal.Et puis à quoi ça sert d’avoir vis à vis d’une série fictive pour enfants les attentes qu’on pourrrait avoir de l’adaptation ciné d’une grande oeuvre littéraire par exemple.Je ne vais pas mentir ou me cacher. J’ai 18ans et je suis encore un fan…Vous agissez comme la majeur partie des gens qui trouvent que lorsque ce n’est pas assez violent ou effrayant ou meme intello vous trouvez ça nul. Mais pourquoi faire preuve d’autant de cynisme pour l’adaptation ciné d’une série qui dans le fond dédramatise les scènes de combat dans le but de limiter l’éveil d’un comportement violent chez les enfants. Attaquez vous à Harry Potter ou Twilight qui sont destinés à public plus adulte et mature, plutôt que de vous acharnez sur un film qui est sorti il y a une dizaine d’années, et qui je rappelle est destiné aux enfants !! qui soit dit en passant ne peuvent pas avoir en matière de qualité cinématographique les mêmes exigences que des ados ou des adultes. Les Power Rangers ont beau être des ados l’esprit de la série est profondément enfantin. En fait c’est du même niveau que n’importe quel dessin animé pour enfant sauf que c’est tourné sous forme de série avec des acteurs.

P.S : cet article donne l’impression que l’on doit lire des bouquins de philo à des gamins de 5 ans plutôt que les 3 petits cochons pfff…Chaque chose en son temps mon vieux ou…ma vieille

Monstruous Evil
Invité
Monstruous Evil

tu n’as pas completement tort yan, à ceci près que ce genre de serie a été le plus souvent copié-collé sur d’autres oeuvres précédentes de qualité produites, d’autre part, avec davantage de soin et de moyens & enfin des histoires parfois construites:
Je pense à san ku kai, Captain Herlock & à bien d’autres… Comme chacun sait l’enfant est extrêmement difficile et lui proposer donc des fakes ou pis, d’immondes erzatz, est pire que de ne rien faire du tout!

Ce que veut sans doute dire Mickael, c’est que sans être à chaque coup des traités de la robotique asimoviens; ces shows TV – du moins certains d’entre eux – sont aujourd’hui des objets « culte », font référence, et pratiquaient beaucoup moins ces bas-principes scénaristiques connus de tout temps consistant à multiplier un point de vue unique dans l’optique certes honnête mais très equivoque de crédibiliser un script basé d’autre part sur le – important commun denominateur, comme on le voit d’ailleurs si souvent de nos jours.

DEMOCRATIC ONE
Invité
DEMOCRATIC ONE

c’est nul c’est tout.

Yanick
Invité
Yanick

Quel âge as tu Democratic One? Parce que si çe se trouve tu regardes ce film avec des yeux d’adulte ou d’ado.Bon je reconnais que ce n’est pas un chef d’oeuvre comme le Roi Lion et que le film doit son succès (37.7 millon d’entrée environ)en grande partie au succès de la série à l’époque. Je reconnais le côté commerciale, mais de là à le classer nanar jsuis pas d’accord. Vous voulez voir du nanar aller regarder « La Reine des Damnés » ou pire: »la sorcière de mountain glenn ».
En tt cas moi je pense que c’est tt simplement un bon film d’action pour enfant.Comme si ça pouvait les intéresser: les personnages profonds à la Edward Cullen ou Aragorn, ou les dialogues super élaborés. Ce que veulent les gosses c’est de l’action, une bonne couche d’humour et une histoire qui finit bien. Bref ils veulent s’amuser.

DEMOCRATIC ONE
Invité
DEMOCRATIC ONE

non, je ne crois pas… en tout cas pas moi! D’ailleurs ce film est une production américaine à 80%, à la différence des oeuvres nippones dont nous parlons plus haut: Chacun sait, yan, qu’à l’époque il y avait d’ailleurs moins de calcul marketing, les créateurs étaient plus libres et usaient très peu d’effets numériques à l’image de par exemple  » 2001  » – d’ou sans doute le réalisme.

Amicalement,

DE.