DUNE, le casting qu’on aurait voulu voir

Alors que la version de Denis Villeneuve est toujours prévue pour décembre, le documentaire éponyme axé sur l’adaptation avortée de Jodorowsky ainsi que le film désavoué de Lynch font encore beaucoup parler d’eux. L’occasion d’imaginer le casting idéal, version blockbuster, pour mettre en scène le roman dantesque de Franck Herbert, présumé incompatible avec le grand écran.

Paul

Dans la version de Lynch : Kyle Maclahan

Dans la version de Villeneuve : Tymothée Chalamet

Pour nous : Tom Cruise à l’époque de Legend.

Un choix des plus académiques. Et pourtant, on aurait été curieux de voir ce qu’aurait donné un Tom Cruise à l’aube de son adolescence dans la peau du jeune Paul. Réputé pour sa froideur et son apathie, le fils du duc Leto s’illustre en accomplissant un grand nombre d’exploits. D’un combat à mort au fin fond du désert à l’apprivoisement d’un ver géant, nul doute que la figure phare de Mission impossible aurait collé avec le rôle, lui qui accomplit désormais seul ses cascades. Les voyages intérieurs à travers le temps auraient aussi pu coïncider avec le jeu de l’acteur et son côté atone, tel qu’on peut l’observer lors de ses déambulations dans Eyes Wide shut.

Dame Jessica (mère de Paul)

Dans la version de Lynch : Francesca Annis

Dans la version de Villeneuve : Rebecca Ferguson

Pour nous : Angelina Jolie (Au début des années 2000)

Elle semble déjà avoir joué à demi-mot ce rôle dans Alexandre d’Oliver Stone. Le mysticisme planant autour du personnage et sa propension à s’imposer comme une figure de proue chez les Fremen correspond parfaitement au jeu de l’actrice lorsqu’elle a connu son âge d’or, au début des années 2000. Calculatrice et effacée, Dame Jessica jouit d’une notoriété toute particulière dans le premier tome de la saga, où elle n’hésite pas à user de ses pouvoirs de Bene Gesserit, « machine pensante ». Vecteur essentiel de l’éducation de son fils, futur duc, elle prononce les derniers mots du livre et l’autorité dont elle dispose pourrait être parfaitement représentée à l’écran sous les traits de la star hollywoodienne.

Le Duc Leto (père de Paul)

Dans la version de Lynch : Jürgen Prochnow

Dans la version de Villeneuve : Oscar Isaac

Pour nous : Anthony Hopkins (plus jeune)

Présent essentiellement au début du premier tome, le Duc Leto est un modèle de vertu ainsi que l’incarnation d’une vision du pouvoir équitable et juste. Sa sagesse et son courage pourraient parfaitement ressortir à l’écran sous les traits d’Anthony Hopkins, lui qui s’est déjà parfaitement accompli dans ce type de rôle. Chacune de ses prises de parole est riche de sens et l’acteur expérimenté pourrait donner au personnage toutes ses lettres de noblesse, jusqu’à une mort des plus épiques.

Gurney Halleck

Dans la version de Lynch : Patrick Stewart

Dans la version de Villeneuve : Josh Brolin

Pour nous : Josh Brolin

Difficile de faire mieux que le choix de Villeneuve tant Josh Brolin semble correspondre aux traits du mentor de Paul. Pilier essentiel dans l’éducation de Paul, Halleck est un de ces personnages forts et dévoués bien connus des épopées, prêt à tout pour sauver les siens. Le physique de Brolin sera parfaitement adapté pour les nombreux combats et la quête dans le désert en compagnie des chasseurs de prime promet d’être l’un des pans phares du scénario de Villeneuve. Surtout, les aptitudes de Brolin à naviguer entre les émotions seront évidemment un pied d’appui majeur pour le metteur en scène, qui pourra compter sur l’un de ses acteurs vedettes dans certaines séquences déterminantes du récit.

Thufir Hawat

Dans la version de Lynch : Freddie Jones

Dans la version de Villeneuve : Stephen McKinley Henderson

Pour nous : Andy Serkis (ou Mark Ruffalo)

Le spécialiste de la stop-motion semble tout à fait taillé pour le rôle. Tourmenté et perfide, Thufir Hawat est l’un des personnages les plus intéressants de l’œuvre d’Herbert. Andy Serkis a déjà joué ce type de caractère, difficilement interprétable et forcément sujet à un destin tragique. Nul doute qu’il serait parfait dans le rôle du mentat (ordinateur humain formé au combat), tant pour les entraînements du jeune Paul que pour les séquences où l’action pure reprend ses droits.

Le Baron Vladimir Harkonnen

Dans la version de Lynch : Kenneth McMillan

Dans la version de Villeneuve : Stellan Skarsgard

Pour nous : Jack Nicholson

Il paraît utopique aujourd’hui d’imaginer Jack Nicholson revenir jouer le principal antagoniste de l’œuvre d’Herbert. Pourtant, cela résonne comme une évidence. Archétype de l’opposant machiavélique empreint de folie et prêt à tous les sacrifices pour tirer son épingle du jeu, le baron Vladimir Harkonnen est l’amalgame idéal entre la schizophrénie de Jack Torrance (Shining) et la félonie de Franck Costello (Les infiltrés). Du sur-mesure pour Nicholson, qui se fait bien trop rare depuis quelques années.

Feyd-Rautha

Dans la version de Lynch : Sting

Dans la version de Villeneuve : ?

Pour nous : Channing Tatum (dans Foxcatcher)

Promis au trône de Dune, le neveu et héritier du Baron n’est pas le personnage le plus présent dans l’intrigue. Pourtant, deux chapitres sous forme de climax mettent en avant ses qualités et toute l’épaisseur de ce personnage : un combat dans l’arène où Herbert utilise le point de vue interne afin de donner à voir ses réflexions, mais aussi le duel final où l’empereur le désigne pour affronter Paul. S’il reçoit des directives précises, Channing Tatum a prouvé qu’il pouvait exceller lorsqu’il apprivoise ce type de personnalité intempestive et imprévisible.

Glossu Raban

Dans la version de Lynch : Paul L. Smith

Dans la version de Villeneuve : Dave Bautista

Pour nous : Mads Mikkelsen (Période Pusher)

Placé sur le trône temporairement par le Baron, c’est sous son règne qu’Arrakis connaît ses pires heures. Tortionnaire et tyrannique, Glossu Raban pourrait parfaitement être joué par l’acteur danois. A la manière des rôles qu’il a pu interpréter sous les ordres de Nicolas Winding Refn, Mikkelsen présente la carrure pour représenter à l’écran le dictateur, silencieux et froid. Sa prise de pouvoir et son règne sont à l’image des émotions qu’il véhicule lorsqu’il est amené à jouer des antagonistes.

Liet Kynes

Dans la version de Lynch : Max Von Sydow

Dans la version de Villeneuve : Sharon Duncan Brewster

Pour nous : Willem Dafoe

Figure adulée par les Fremen, Liet Kynes est d’abord réticent à l’idée de voir les Atréides prendre possession de Dune. C’est lorsqu’il est confronté au duc et qu’il constate sa sagesse qu’il finit par faire basculer le destin de Paul, participant à son ascension progressive chez les Fremen. Il s’agit d’un personnage obstiné, en lutte contre les contingences, dévoué à sa planète et à son peuple. Habitué à jouer les opposants, il serait intrigant d’imaginer Willem Dafoe apprivoiser ce personnage clé, exigeant et fort de caractère, surtout s’il préserve la rigueur observée dans ses récentes prestations chez Lars Von Trier.

Autres personnages

Stilgar : Michael Shannon

Chani : Natalie Portman (période Star Wars)

L’Empereur : Gary Oldman

Emeric

Votre avis ?

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
TENET, une nouvelle bande-annonce dévoilée