Photo (1) du film LOOPER

LOOPER – Critique

Si ses têtes d’affiches sont bien entendu alléchantes, le principal atout de Looper est sans doute son scénario “original” qui se permet de poser un univers de science-fiction et ses concepts en considérant que le spectateur n’est pas un simple réceptacle à scènes d’actions testostéronées ou à répliques humoristiques.

On est ici face à un anti-Lock Out, film de SF proposé récemment par Luc Besson, et sans doute plus proche d’un Inception de Christopher Nolan, même si la filiation que la presse reprend à foison me paraît un peu exagérée.

En effet, si le scénario est plus poussé que ce qu’Hollywood nous propose ces dernières années, il n’est ni révolutionnaire (les problématiques temporelles, ça déjà été popularisé par Retour vers le Futur il y a longtemps auprès du grand public), ni aussi intense ou mystérieux que les bases posées dans Inception. En revanche, on ne peut nier un univers futuriste assez bien conçu avec des mafias à tendance western et des concepts rapidement expliqués à l’écran. La course poursuite entre le personnage joué à la fois par Joseph Gordon-Levitt et par Bruce Willis est moins présente que ce que la bande-annonce le laissait croire et joue intelligemment avec les motivations des différents protagonistes.

Ce film est bon, c’est certain : de l’originalité, des risques et un questionnement un peu plus pertinent qu’à l’accoutumée donnent du corps à Looper.

Si on retrouve au détour de seconds rôles des visages connus comme ceux de Piper Perabo (Coyote Girl au cinéma, Covert Affairs à la télévision) ou encore Jeff Daniels (Speed et Good Night and Good Luck au cinéma, The Newsroom à la télévision), c’est Joseph Gordon-Levitt qui tient le film de bout en bout, avec notamment une performance en ce qui concerne la ressemblance avec Bruce Willis qui dépasse le maquillage (parfois un peu ridicule et visible malheureusement) : que ce soit son langage corporel ou ses intonations (une similitude également reprise dans la VF : un effort à souligner), le travail de composition est perceptible. On regrettera un jeu d’acteur plus banal de la part de Bruce Willis ou d’Emily Blunt en comparaison.

Je ne connaissais pas le réalisateur Rian Johnson avant ce long-métrage (il a deux films à son actif : Brick et Une Arnaque Presque Parfaite) mais force est de constater qu’il sait surprendre et prendre des risques dans le rythme de son film : l’acteur le plus célèbre de son casting (Bruce Willis) qui arrive seulement au bout d’une bonne demi-heure, une transition entre futur urbain et ambiance rurale assez imprévue, etc. Le réalisateur-scénariste sait surprendre et garde éveillée l’attention du spectateur de bout en bout.

Ce film est bon, c’est certain : de l’originalité, des risques et un questionnement un peu plus pertinent qu’à l’accoutumée donnent du corps à Looper. Le spectre d’autres films traitant de voyages temporels plane au dessus de celui-ci, comme par exemple L’Armée des 12 Singes avec Bruce Willis également, mais il n’a aucunement à rougir de la comparaison même s’il n’atteint pas le niveau de chef d’oeuvre non plus.

 

Rédacteur depuis le 21.02.2010
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Sypher-Greg
Sypher-Greg
Invité.e
3 novembre 2012 1 h 54 min

En VO il apprends le francais d’ailleurs, et quand Bruce Willis parle à son « moi » jeune en francais….on ne comprends rien ou presque c’est assez marrant :-)

selenie
selenie
Invité.e
3 novembre 2012 17 h 27 min

Un très bon film, malgré le maquillage ridicule de JDL… 3/4

Ted Hardy-Carnac
Ted Hardy-Carnac
Invité.e
12 décembre 2012 16 h 13 min

Une idée brillante, des situations intrigantes et complexes, un univers crédible et stimulant, Looper avait tout pour être le nouveau monument du voyage dans le temps au cinéma. Dommage alors que le scénario soit mal maîtrisé et mène à une terrible incohérence qui sape sa crédibilité. Looper reste quand même le petit film de science-fiction réussi qu’on n’attendait pas.

Yannick
Yannick
Administrateur.rice
8 septembre 2013 12 h 14 min

Des FX relativement grossiers et un Gordon-Levitt.. C’était lui ? Hormis ça, un scénario travaillé et une fin honorable. 3/5

Le Blog Du Cinéma
Le Blog Du Cinéma
Rédacteur.rice
8 septembre 2013 12 h 14 min

Des FX relativement grossiers et un Gordon-Levitt.. C’était lui ? Hormis ça, un scénario travaillé et une fin honorable. 3/5

Plus d'articles
NOMADLAND, apprendre à célébrer la vieillesse – Critique
5
0
Un avis sur cet article ?x
()
x