A ssez méconnu, le huitième long métrage de fiction de n’en est pas moins un véritable chef-d’œuvre.

Le pitch : Un comique méconnu, pour se faire reconnaître, enlève le présentateur d’un show télévisé et n’accepte de le libérer qu’à la condition de participer à son spectacle.

Contrairement à son prédécesseur Raging Bull, le travail de Scorsese prend une toute nouvelle ampleur avec .

On y retrouve certains motifs déjà proposés : De Niro, un portrait frontal mais pas simpliste de la folie, l’immersion dans un univers, des portraits d’hommes et femmes ancrés dans leurs époques… Mais cette fois, Scorsese y adjoint une nouvelle notion, presque métaphysique – celle du rapport à l’image.
Cette notion fait le lien avec les motifs sus-cités en dessinant par la même occasion, un autoportrait orgueilleux du cinéaste. On peut voir dans le parcours de Pupkin, une métaphore de ce qu’est LA VALSE DES PANTINS pour Scorsese: un film rendant hommage à ses idoles, autant qu’il cherche à les décrédibiliser agressivement. Pupkin (Scorsese ?) utilisera pour cela ses propres obsessions, son talent, et une vraie innovation dans l’approche.

Cette thématique de la réappropriation réussie d’influences culturelles au service d’un discours personnel me fascine dans l’art ! Surtout lorsque le nouveau discours est lui même si puissant, qu’il pénètre à son tour, dans l’inconscient collectif. (ex: It Follows, Fury Road, Uncharted 2, etc.)

Robert-De-Niro-Jerry-Lewis-La-Valse-des-Pantins

À l’instar de Taxi Driver ou Raging Bull, LA VALSE DES PANTINS est lui aussi rentré dans l’inconscient collectif, à défaut d’obtenir une véritable reconnaissance publique. On perçoit ainsi son influence dans de nombreuses œuvres comico-réalistes abordant la question du sens de l’humour, et de sa représentation… De Louie à Funny People, en passant par les Coen.

Car si LA VALSE DES PANTINS met en scène des « humoristes », il n’est pas un film « drôle ». L’humour se trouve dans la définition qu’ont les personnages de ce mot, et de la façon dont il le communiquent aux autres. Il vient également de la confrontation entre le rationnel et l’irrationnel, dans les extrémités qu’atteindront les personnages confrontés à la folie: la leur, celle des autres.

LA VALSE DES PANTINS évolue ainsi entre le dérangeant (on parle quand même d’ [spoiler mode= »inline »]un kidnapping réalisé uniquement pour passer à la télé[/spoiler]) et le franchement caustique ! En cause, cette absurdité réaliste des situations, appuyées par une vraie dimension psychologique. C’est passionnant.

« Un film tellement important qu’il est rentré dans l’inconscient collectif, à défaut d’obtenir une quelconque reconnaissance publique. »

Quant à Robert de Niro, il poursuit son travail de caméléon psychologique et de personnification des obsessions de Martin Scorsese. Une fois de plus, l’acteur maîtrise son personnage de bout en bout, au point de faire oublier ses prestations précédentes !

Il se fond ainsi littéralement dans son rôle oxymore: Rupert Pupkin est à la fois fou et parfaitement conscient de ses actes, sa psychose nourrissant son intelligence. En face de lui: -Langford, dans une incarnation palpable d’une célébrité comique. Langford apparaît par contraste avec Pupkin, également schizophrène; Il devient apathique, solitaire, presque misanthrope dès lors qu’il quitte la scène. Plus que leur instants communs, voir évoluer ces deux portraits d’hommes dans leur rapport à la célébrité est déjà passionnant. Le jeu d’acteur vient décupler notre passion pour ces deux personnages, via une empathie impossible sur le papier.

20d4f9291c3bf4dc70ff0a1639325902

Quant aux personnages féminins… Si comme toujours, le personnage joué par De Niro tente d’assujettir une femme à sa vision du monde (Rita/Diahnne Abbott), il y a cette fois une déclinaison intéressante et inédite de la catégorisation très binaire maman/putain, habituelle appliquée aux femmes dans les films de Scorsese: Masha/Sandra Bernhard est ainsi économiquement indépendante (ultra-riche), n’a aucune ambition, aucune attache familiale (ni parents ni enfants), est inconsidérée par tous, et n’a d’autre désir que de posséder Jerry Langford… Enfin une femme qui peut s’affranchir des préconceptions masculines à son égard !

Pourtant ironiquement, elle développe son propre rapport à la psychose et à l’obsession, en miroir à celui de Pupkin. Là encore, la finesse d’écriture de Paul Schrader alliée à l’excellente direction d’actrices du réalisateur fait de ce personnage féminin l’un des plus mémorables du cinéma de Scorsese, tout en développant sa thématique fétiche par le contraste absolu. Et c’est encore une fois passionnant.

En bref, LA VALSE DES PANTINS est un nouveau chef-d’œuvre signé Scorsese, qui mérite clairement d’être (re)découvert tant il est riche !

Suivre @Georgeslechameau

LA VALSE DES PANTINS a été chroniqué dans le cadre d’une rétrospective consacrée à Martin Scorsese par le Festival Lumière 2015, à Lyon. Il sera projeté au Cinéma Opéra, mardi 13 octobre à 17h30, au Comœdia, mercredi 14 octobre à 14h, à Sainte Foy-lès-Lyon, samedi 17 octobre à 20h et au Pathé Bellecour, dimanche 18 octobre à 10h30.

Le FESTIVAL LUMIÈRE sur Le Blog du Cinéma
MARTIN SCORSESE: Analyse de ses films

MARTIN SCORSESE: portrait de l’auteur

Ses films présentés au festival Lumière :

Hugo Cabret (2011)
Les Infiltrés (2006)
Casino (1995)
Le Temps de l’innocence (1993)
Les Nerfs à vif (1991)
Les Affranchis (1990)
La dernière tentation du Christ (1988)
La valse des pantins (1982)
Raging Bull (1980)
New York, New York (1977)
Taxi Driver (1975)
Alice n’est plus ici (1974)
Mean Streets (1973)
Boxcar Bertha (1972)
Who’s that knoocking at my door (1968)

Chroniqués par Georgeslechameau

martin-scorsese-visuel-affiche-web

8 films de JULIEN DUVIVIER

JULIEN DUVIVIER: portrait de l’auteur

David Golder (1931)
La Bandera (1935)
La Belle Équipe (1936)
Pépé le Moko (1937)
Un carnet de bal (1937)
La fin du Jour (1939)
Panique (1946)
– Le Temps des Assassins (1956)

Chroniqués par Louis

DUVIVIER

AKIRA KUROSAWA : les anées Toho

Le Plus dignement (1944)
– Qui marche sur la queue du tigre… (1945$)
– Je ne regrette rien de ma jeunesse (1946)
– Un merveilleux dimanche (1947)
– L’Ange ivre (1948)
– Chien enragé (1949)
– Vivre (1952)
– Vivre dans la peur (1955)
– La Forteresse cachée (1958)
– Les Salauds dorment en paix (1960)
– Yojimbo – Le Garde du corps (1961)
– Sanjuro (1962)
– Entre le ciel et l’enfer (1963)

akira-kurosawa-main-image

la cinéaste russe LARISSA CHEPITKO

Un portrait de la Larissa Chepitko

– Chaleur torride (1963)
– Les Ailes (1966)
– Le Début d’un siècle inconnu – composé de L’Ange d’Andrei Smirnov et de Le Pays de l’électricité de Larissa Chepitko (1967)
– Toi et moi (1971)
L’Ascension (1977)

larissachepitko

LUMIERE 2014 : Pedro Almodovar

Programmation de Lumière 2014

PEDRO ALMODOVAR :

Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier de Pedro Almodóvar (Pepi, Luci, Bom y otras chicas del montón, 1980, 1h18)
Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? de Pedro Almodóvar (¿ Qué he hecho yo para merecer esto !!, 1984, 1h47)
Matador de Pedro Almodóvar (1986, 1h45)
La Loi du désir de Pedro Almodóvar (La ley del deseo, 1987, 1h44)
Femmes au bord de la crise de nerfs de Pedro Almodóvar (Mujeres al borde de un ataque de nervios, 1988, 1h35)
Attache-moi ! de Pedro Almodóvar (Átame !, 1989, 1h41)
Talons aiguilles de Pedro Almodóvar (Tacones lejanos, 1991, 1h53)
La Fleur de mon secret de Pedro Almodóvar (La flor de mi secreto, 1995, 1h42)
En chair et en os de Pedro Almodóvar (Carne trémula, 1997, 1h39)
Tout sur ma mère de Pedro Almodóvar (Todo sobre mi madre, 1999, 1h40)
Parle avec elle de Pedro Almodóvar (Hable con ella, 2002, 1h52)
Volver de Pedro Almodóvar (2006, 2h02)
La piel que habito de Pedro Almodóvar (2011, 2h01)

SAGA MUSASHI MIYAMOTO : CRITIQUE des 6 films

PARADIS PERDU, d’Abel Gance: CRITIQUE

OPENING NIGHT, de John Cassavettes : CRITIQUE

Une Femme Dangereuse, avec Ida Lupino: CRITIQUE

Chroniqués par Georgeslechameau

La traversée de Paris

Chroniqué par Louis

lumiere2014 (2)

Suivre @Georgeslechameau

INFORMATIONS
La Valse des Pantins


+ SCORSESE : ANALYSE DE SES DIFFÉRENTS FILMS

Titre original :
Réalisation : Martin Scorsese
Scénario :
Acteurs principaux : , Jerry Lewis, Diahnne Abott
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 18 mai 1983
Ressortie : 18 mai 2011
Durée : 1h50min
Distributeur : Carlotta Films
Synopsis : Un comique méconnu, pour se faire reconnaitre, enlève le présentateur d’un show télévisé et n’accepte de le libérer qu’à la condition de participer à son spectacle.

BANDE-ANNONCE