Harry Potter : pourquoi Ron Weasley est le pire personnage de la saga ?

Quel est le pire personnage de Harry Potter et pourquoi est-ce Ron Weasley ? Sans aucune envie d’influencer qui que ce soit, on a rarement vu une personne aussi détestable : sur le papier, c’est un gentil héros à l’allure attachante et empotée, dans la vraie vie (si on peut dire cela), c’est un mec égocentré et juste une pointe toxique.

Un rouquin, des vieux livres et une robe de seconde main, nous allons sûrement parler de Ronald Bilius Weasley. Aka Ron, aka le meilleur ami empoté, aka le plus grand joueur d’échecs version sorciers de tous les temps, Ron est bel et bien le pire personnage de Harry Potter. Qu’aurait été une saga culte et magnifiquement assemblée, s’il n’y avait pas ce gentil protagoniste qui n’est en fait qu’un mec torturé et légèrement compliqué ? Ne vous sentez pas coupable d’être d’accord avec les mots qui ont été et qui vont suivre, cet article est écrit par une fervente amatrice des aventures du petit garçon à lunettes, qui avec le temps, s’est simplement rendue compte que ses héros n’étaient en fait que des mythes auxquelles il ne fallait pas croire.

Ron et ses enfers

« Bloody hell » comme dirait Ron Weasley, certains aspects de son personnage méritent d’être discutés. Ron est évidemment un gentil garçon, franchement hilarant, complètement maladroit et totalement attachant. On l’adore parce qu’il est simple, que sa famille est une baignoire un peu sale d’amour, et qu’il est en effet d’une grande aide à Harry et Hermione. Mais si on observe ses faits et gestes d’un œil plus attentif, plusieurs de ces comportements révèlent un manque irrépressible d’assurance et de confiance en lui.

Bien sûr, on ne peut pas le blâmer. Vivre dans une famille de sept enfants aux moyens restreints, et combattre le spectre de la mort tous les six mois, ça n’aide pas à la stabilité mentale. Mais plusieurs fois, Ron a su nous prouver qu’il était impulsif, vraiment trop impulsif. Souvenez-vous de cette fois, dans Harry Potter et les Reliques de la Mort partie 1, lorsqu’il abandonne lâchement Harry et Hermione dans une forêt, alors qu’ils sont poursuivis par des rafleurs et Lord Voldemort. La raison ? Ronnie a trouvé que Harry et sa future chérie étaient un peu trop complices. Alors oui, il portait autour de son cou un horcruxe. Quand bien même, on ne dit pas à son meilleur ami orphelin qu’il n’a pas le droit d’être inquiet des meurtres de sorciers quotidiens, puisqu’il n’a pas de famille. Même si, en pratique, il a raison.

Et si c’était plutôt Hermione, qui était la personne la plus fidèle à Harry ? Ron n’a pas hésité une seconde à se retourner contre son meilleur ami, quand ce dernier à été choisi comme quatrième champion lors du Tournoi des Trois Sorciers. Au fond de lui, il savait que Harry n’avait pas mis son nom dans la Coupe de Feu. Mais par manque d’attention sans doute, Ron a préféré suivre l’effet de masse, et a prit parti pour celles et ceux qui se moquaient de Harry. Pendant des semaines, il ne lui a pas adressé la parole, alors qu’il risquait sa vie. En fait, Ron Weasley était jaloux. Il en a eu marre que toute la lumière et toutes les flammes soient sur Harry, ce qu’on comprend franchement, mais tout de même, il a participé au harcèlement qu’a subi son meilleur pote.

Ron et les femmes de sa vie

Sans doute le petit Ronald Weasley souffre de Mommy issues. Il ne peut pas s’empêcher de traiter les filles, et les femmes, autour de lui, comme des moins que rien. Déjà, on ne l’a jamais particulièrement vu sympathique avec sa mère, qui est la personne la plus serviable du monde des sorciers. Allez, mettons cela sur le dos de l’adolescence. Mais en revanche, se moquer du poids d’une gamine de quatorze ans, c’est franchement moyen. Dans Harry Potter et la Coupe de Feu, lors de la scène de répétition du bal de Noël, le Professeure McGonagall explique quand « dans chaque jeune fille, un cygne gracieux se cache, impatient de prendre son envol« . Ce à quoi Ron répond discrètement : « Je sais pas ce qui se cache dans Eloïse Midgen, mais ça peut pas être un cygne« . On voit alors une jeune fille, le visage un peu plus rond que les autres, et qui n’est, clairement volontairement, pas mise en valeur par la scénographie. Un cas tout à fait classique de harcèlement, finalement. Était-ce une volonté des scénaristes et de J.K. Rowling de représenter les tares de l’adolescence, ou simplement une banalisation du harcèlement en général ? Nul ne le sait. (On a notre petite idée).

Toujours dans Harry Potter et la Coupe de Feu, qui est définitivement le volet qui met le plus en avant le caractère adorable de Ron Weasley, Ron refuse catégoriquement de danser avec sa cavalière au bal de Noël, Padma Patil. Lui, et Harry, sont littéralement les seuls à faire les rabats-joies et à ne pas profiter de la soirée. Les deux garçons s’étaient ouvertement moqués de Neville, qui est juste incroyablement courageux, lorsqu’ils ont su qu’il avait trouvé une cavalière. Et pourtant, les deux idiots de la fête, c’est bien Ron et Harry.

Crédits : Warner Bros

On ne va pas trop s’attarder sur cette relation, parce qu’elle est aussi insupportable qu’inintéressante, mais lorsque Ron sort avec Lavande Brown dans Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, il est juste horrible avec elle. Il la bécote, accepte ses cadeaux, lui fait croire qu’il tient à elle, alors que dans son dos, il répète et fait comprendre à qui veut bien l’entendre qu’il ne la supporte pas. Quand il a « rompu » avec elle, il n’est même pas allé lui adresser un mot. Un vrai gentleman.

Crédits : Warner Bros

Avant de passer à sa relation avec Hermione, qui mériterait en toute objectivité un spin-off entier, parlons de celle que Ron entretient avec sa sœur, Ginny. Concrètement, ces deux-là n’ont aucun atomes crochues et c’est à peine s’ils s’adressent la parole. Pourtant, quand Ginny se met à sortir avec Dean Thomas, tout d’un coup, le grand frère se réveille. ll ne supporte pas que sa petite sœur soit avec un garçon, et il commence à murmurer des menaces timides et ridicules à l’encontre de Dean. Pourtant, ce dernier est son ami depuis son arrivée à Poudlard. Un joli comportement de frère « protecteur », ultra toxique.

Ron et Hermione Granger

Pour finir en beauté sur les démons et les red flags de Ronald Weasley, parlons de sa relation avec Hermione. Si en apparence, ils s’affichent comme un futur couple à l’histoire tumultueuse et un peu évidente, leur relation a vraiment des bases, très, très toxiques. C’est simple, Ron a failli tuer Hermione dès la première année à l’école des sorciers. Monsieur ne supportait pas qu’elle soit plus intelligente que lui, il n’a alors pas hésité à se moquer d’elle, ouvertement. Lorsque Hermione a entendu les propos de Ron, elle s’est enfermée dans les toilettes des filles, là où le troll l’a attaquée. En fait, Ron a passé son cursus scolaire entier à harceler Hermione. Et honnêtement, il n’y a rien de très subtile.

Ron n’arrête pas de tomber sur Hermione parce que son chat, Pattenrond, veut bouffer son rat (il aurait dû). Dans le film, c’est assez soft. Mais dans le livre Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban, Ron n’adresse plus la parole à Hermione pendant des semaines, et lui parle d’une façon juste atroce et infernale dès qu’elle tente de revenir vers lui. Il va même monter Harry, bien trop crédule, contre elle.

C’est en beauté que l’on finit cet ode contre Ron Weasley, avec le meilleur exemple qu’on puisse avoir sur ses paroles mal placées envers Hermione Granger : le bal de Noël dans Harry Potter et la Coupe de Feu (décidément). D’abord, il est certain, mais vraiment persuadé, qu’elle n’a pas de cavalier pour la soirée. Il oublie que son « amie » est une fille, et qu’elle a le pouvoir de plaire aux garçons. En grande âme charitable, il lui propose ses services de plante verte en froufrous. Mais non, Hermione a été invitée par Viktor Krum, l’idole absolue de Ron. Et lors du bal, monsieur Weasley n’hésite pas à montrer sa jalousie. Il fait croire à Hermione que Viktor est avec elle pour de mauvaises raisons, et qu’en réalité, il se fiche pas mal d’elle. Alors que, même si leur relation n’est pas très profonde, le champion de Durmstrang tient à notre chère Hermione. Quand cette dernière ose dire à Ron qu’il n’avait qu’à l’inviter au lieu de jouer au mec frustré, il fait l’autruche et n’assume rien. C’est beau, l’amour. Finalement, il va se réveiller dans Harry Potter et les Reliques de la Mort partie 1, il va finir par l’épouser 20 ans plus tard et ils furent heureux, et eurent beaucoup d’enfants.

Crédits : Warner Bros

Cécile Fischer

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Argus Spencer
Argus Spencer
Invité.e
6 juillet 2022 17 h 09 min

Ouah! Tu as mis le personnage à découvert,et tes critiques s’appuient sur des faits concrets.

1
0
Un avis sur cet article ?x