LES ÉTERNELS, Marvel devient éphémère – Critique

Robin Rédacteur

Mille fois teasé et annoncé, LES ETERNELS se devait d’être le renouveau, le lancement officiel de la phase IV du Marvel Cinematic Universe. Il n’est finalement pas plus qu’un film de super-héros visuel sans âme qui nous rappelle la triste destinée de Justice League.

Fini les Captain America, Iron Man, Thanos et autres Avengers des années 2010. Place aux Eternels, un groupe de « super-héros » venus des confins de l’univers qui protège la Terre des Déviants. Des créatures monstrueuses que l’on croyait disparues depuis longtemps. Si le pitch du film semble aussi familier, c’est qu’il est l’une des preuves que ce énième Marvel n’apporte ni originalité ni renaissance au sein de la franchise désormais gouvernée par les Walt Disney Studios. Manquant de panache, de rebondissements et de réel(s) cliffhanger(s), LES ÉTERNELS se repose sur ses acquis. Le 26e film du MCU s’ennuie et s’essouffle pendant plus de deux heures, marchant fâcheusement dans les pas du film DC de 2017 de ce cher Zack Snyder.

Crédits : Walt Disney Pictures, Marvel

Sur le papier, le film avait pourtant tout pour plaire. La relève des Avengers, qui se multipliera sur plusieurs films comme ces prédécesseurs, devait signer son entrée fracassante aux bras de Chloé Zhao. Réalisatrice dernièrement oscarisée pour son touchant Nomadland, road-trip intimiste qui contraste durement avec cette aventure de science-fiction. Elle qui pointait du doigt Amazon dans sa précédente oeuvre, se voit construire un projet américain en compagnie d’une des plus grosses filiales actuelles. A comparaison, son film récompensé aux Oscars avait couté 5 millions USD contre 200 millions USD pour LES ÉTERNELS, soit quarante fois plus.

Passé ses détails de production, la réalisatrice et scénariste chinoise avait de quoi mener de main de maitre ce film tant attendu par les fans de Marvel. Connue pour son intensité dramatique depuis The Rider, beaucoup attendait de voir l’impact de son travail sur un tel blockbuster. C’est chose ratée puisque son empreinte est totalement invisible. Ecrasée par les codes Disney et Marvel qui semblent avoir laissé peu de place à la réalisatrice. A sa liberté. On en devient donc à se demander l’intérêt d’avoir fait appel à une telle metteuse en scène si ce n’est pour lui laisser carte blanche que sur dix plans magnifiquement épurés.

Crédits : Walt Disney Pictures, Marvel

Winter is Coming chez Marvel. Richard Madden et Kit Harrington ne se quitte désormais plus. Le duo des frères Stark s’immisce dans le MCU aux côtés d’Angelina JolieGemma ChanBarry KeoghanBrian Tyree HenryLauren Ridloff, Salma Hayek, Lia McHughKumail Nanjiani et Ma Dong-Seck. Un casting « 10 » étoiles. Une équipe de remplaçants prêt à défendre l’humanité. L’humanité peut-être mais pas le septième art. Les personnages, recouverts de leurs amures métalliques, sonnent creux. Mais comme le dit le proverbe « Continuez… les routes difficiles peuvent conduire à de belles destinations. »

Les studios aux grandes oreilles intégrèrent officiellement et en beauté, le premier couple gay dans un film. Pas de sous-entendu ridicule comme ce fût le cas pour le live-action de La Belle et la Bête ou l’orientation sexuelle de la célèbre Elsa dans le deuxième volet de la Reine des Neiges. Phastos, interprété par Brian Tyree Henry (Atlanta), a l’honneur d’embrasser l’homme de sa vie sur grand écran. Une image sincère du couple homoparental et pas qu’un simple quota LGBTQI+ à remplir pour éviter le buzz de la semaine. L’actrice Lauren Ridloff peut également montrer fièrement sa particularité à l’écran, incarnant le premier super-héros sourd et muet dans une telle franchise. Pouvoir accompagner une héroïne asiatique sans même se poser la question de ses origines, voilà une des vraies réussites de ce projet. Il faut le saluer, Marvel n’a plausiblement pas réussi son pari de récit mais largement remporté celui de l’inclusion en finesse de toutes les représentations. Peut-être est-ce là, la trace cristalline de Chloé Zhao.

Crédits : Walt Disney Pictures, Marvel

LES ÉTERNELS n’est donc guère plus qu’une démonstration de force de la part d’ILM, mélangeant décors antiques à métamorphoses de matières. Un spectacle visuel prenant qui laisse peu de place à l’évolution de son casting majoritairement porté par ses comédiennes. Depuis Endgame, le MCU s’emmêle les pieds et semble se faner. Aucune explication chez les Eternels n’est plausible, aucune action sur Terre dans l’espace du temps n’a d’impact sur les anciens super-héros de la franchise. Hormis introduire de nouveaux personnages, rien n’est fait pour lier et rayonner. Disney a misé sur Chloé Zhao, finissant par l’écraser par son carnet de commande. Les quinze dernières minutes annoncent miraculeusement une nouvelle porte intrigante à ouvrir. Tous nos espoirs vont vers ce deuxième volet pour lequel, aucun réalisateur(trice) n’est encore annoncé(e) à l’heure actuelle. Longue vie aux réels éternels, les Avengers.


Robin

Note des lecteurs14 Notes
Titre original : Eternals
Réalisation : Chloé Zhao
Scénario : Chloé Zhao, Patrick Burleigh
Casting : Gemma Chan, Richard Madden, Salma Hayek
Date de sortie (France) : 03 novembre 2021
Durée : 2h37min
Genre : Science fiction, Fantastique, Action
Nationalité : Américain
2
FADE
Rédacteur
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Boris
Boris
Invité.e
7 novembre 2021 23 h 35 min

C’est une introduction à la phase qui vient surtout sur la création de l’univers et la création de des célestes. Une introduction au être cosmique qui amène le mcu à des échelles beaucoup plus grande.je trouve que ce que le film se suffit à lui-même il n’a pas besoin de personnages connu pour être bon. Le film, pour ceux qui s’intéressentet et s’ouvrent à marvel nous montre d’autres parties de cet univers(marvel c’est pas que les avengers) .Et on ne va pas reprocher aux eternals de nous montrer des éternels ( Tu vas pas voir un Ironman pour hulk)
Et pour parler de la réalisatrice et du scénario : franchement c’est l’un ou le film marvel le plus beau en Termes d’images, de plans, de paysage ,et les combats sont bien fait .Le film est attachant, il y’a 10 eternals présentés , ils sont tous à par 1 très bien développé. Et tu t’attaches à eux parce que tu arrives à comprendre ce qui les motivent. Tellement qu’à la fin on veut en savoir plus sur eux, sur leur histoire, leur relation, Sur les célestes en général.

Enfin je trouve que contrairement au critique il ont réussis leur paris ( pour rappel c’est une introduction) et aller le voir pour vous faire votre avis au pire il sera intéressant et très beau mais certainement pas raté. Faut pas abuser

En plus j’ai sauté tellement de parties , et il y’a beaucoup à dire sur ce film, beaucoup de question pour la suite.je ne sais pas si les critiques se sont rassemblées pour boycotter le film mais ils y’a plus d’avis positif chez les spectateurs que chez les critiques

WhyAreUhere
WhyAreUhere
Invité.e
Répondre à  Boris
3 décembre 2021 21 h 24 min

Je suis totalement d’accord, je ne sais pas qui a rédigé cet article mais il n’a aucune notion cinématographie

Eric Ringuet
Eric Ringuet
Invité.e
Répondre à  Robin
26 décembre 2021 1 h 25 min

Concernant la longueur du film, et l’idée qu’il ne s’y passe rien, je voudrais apporter un avis contraire. Ce film est admirable pour son côté intimiste. Il permet de découvrir plus que des héros avec des super-pouvoirs ! On les découvre dans leur richesse personnelle et leurs rapports entre eux. Je suis fan des films Marvel, mais j’apprécie amplement la tranquillité de certaines scènes et la grâce qui en ressort. C’est vraiment une superbe réussite esthétique ! Merci Chloé Zaho !!!

5
0
Un avis sur cet article ?x
()
x